Le coût de la vie augmente encore pour les étudiants, s'alarme l'Unef

le
3
Le coût de la vie augmente encore pour les étudiants, s'alarme l'Unef
Le coût de la vie augmente encore pour les étudiants, s'alarme l'Unef

Hausse des loyers des petites surfaces, gel des bourses: le coût de la vie pour les étudiants grimpe encore à la rentrée, obligeant de plus en plus de jeunes à travailler à temps plein pendant l'année, dénonce l'Unef. «Les dépenses des étudiants augmentent de 2% par rapport à la précédente rentrée», souligne le premier syndicat étudiant, dans un rapport dévoilé dimanche dans le Journal du dimanche. Un chiffre quatre fois supérieur à l'inflation, selon le premier syndicat étudiant.

Un tiers des étudiants travaillent

«L'augmentation des loyers et des frais obligatoires (frais d'inscription, ticket restaurant, sécurité sociale, ndlr) pèsent dans le budget des étudiants», poursuit le syndicat, qui s'alarme de l'intensification du salariat étudiant. Près d'un tiers (29,6%) des étudiants salariés occupent ainsi un emploi à temps plein pendant l'année universitaire, contre un cinquième (18,5%) en 2006, selon les données récoltées par l'Unef. Interrogés sur leurs motivations, ces étudiants sont 51,3% à juger qu'avoir un emploi est «indispensable pour vivre», contre 40% en 2011.

Le loyer constitue la première dépense des étudiants, qui y consacrent en moyenne 53% de leur budget, selon l'Unef. «Les loyers des petites surfaces continuent leur hausse: 3,1% à Paris et 2% en province», indique le syndicat, qui note par ailleurs une «hausse des charges locatives de 10% à 14%». Globalement, un étudiant doit débourser 799EUR par mois pour subvenir à ses besoins, soit 48% du salaire médian contre 43% en 2011.

Hollande rappelé à ses promesses

«Si le coût de la vie augmente à la rentrée, c'est de la responsabilité du gouvernement», dénonce William Martinet, président de l'Unef, pointant du doigt «la hausse des frais obligatoires d'un côté et le gel des bourses de l'autre». «Les étudiants vont-ils payer les conséquences du plan d'économie?», s'interroge-t-il, demandant au gouvernement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le lundi 18 aout 2014 à 02:30

    Mince, si nous avions un gouvernement de droite ils seraient presque dans la rue...

  • M8252219 le dimanche 17 aout 2014 à 10:47

    IL MANQUE TOUJOURS LA RÉDUCTION DES DÉPENSES DE L'ÉTAT.Réduire de moitié le nombre des députés plafonner leurs indemnités, avantages et retraites à 5 fois le SMIG.Supprimer le sénat. Supprimer les promotions automatiques à l'ancienneté dans la fonction publique,revenir: aux 40h hebdomadaires pour TOUS,aux 3 jrs de délais de carence en arrêt maladie pour TOUS,à la retraite à 65ans pour TOUS.Réduire de moitié le nombre des élus dans les nouvelles régions

  • frk987 le dimanche 17 aout 2014 à 10:08

    Oui aux bourses d'études dans des filaires porteuses, mais accorder des bourses pour un étudiant en lettres ou en histoire-géo, alors là c'est NON. Ce n'est pas aux contribuables à payer des études inutiles pour la nation dont le seul débouché c'est le chômage. Et puis passer votre bac avec mention TB et réussissez votre première année de médecine, les prêts bancaires sont alors possibles sans aucun problème.