Le coût de la sécurité des fans zones de l'Euro revu à la hausse

le
0
LE COÛT DE LA SÉCURITÉ DES FANS ZONES DE L'EURO 2016 REVU À LA HAUSSE
LE COÛT DE LA SÉCURITÉ DES FANS ZONES DE L'EURO 2016 REVU À LA HAUSSE

PARIS (Reuters) - Le coût des mesures destinées à assurer la sécurité des "fans zones", ces lieux de rassemblement prévus au coeur des villes hôtes de l'Euro 2016, a été réévalué à 24 millions d'euros, a fait savoir mercredi le ministre des Sports, Patrick Kanner.

La menace d'attentats a conduit à renforcer le dispositif imaginé pour ces espaces clos, qui devraient accueillir selon les organisateurs sept à huit millions de personnes tout au long du mois de compétition, du 10 juin au 10 juillet.

"Les fans zones étaient évaluées entre 10 et 12 millions d'euros pour leur sécurité. Nous avons relevé le niveau de sécurité à 24 millions d'euros", a déclaré le ministre lors d'une séance de questions à l'Assemblée nationale.

Dans la matinée s'est tenue une réunion à l'hôtel de ville de Paris en présence notamment d'Alain Juppé, président du club des villes hôtes du tournoi de football, et de Jacques Lambert, président de la société organisatrice.

"Nous avons trouvé un accord global entre les villes hôtes, l'Etat et l'UEFA (l'Union européenne du football, NDLR) pour financer le surcoût de ces fans zones, qui doivent rester un lieu de fête", selon Patrick Kanner.

Défendu par le gouvernement, le principe des "fans zones" ne fait pas l'unanimité parmi les responsables politiques: certains voient là une cible idéale pour d'éventuels assaillants, quelques mois après les attaques du 13 novembre.

Aux abords de ces lieux fermés par des barrières, la sécurité doit être assurée par les forces de l'ordre et, à l'intérieur, par des agents de sécurité privée, recrutés par les municipalités via des agences spécialisées dans le secteur.

Sauf changement de programme, ils seront installés dans le centre des dix villes hôtes de l'Euro, sur l'esplanade des Quinconces à Bordeaux, place Bellecour à Lyon, ou au Champ-de-Mars à Paris.

(Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant