Le coup de sang des radicaux

le
6
Le coup de sang des radicaux
Le coup de sang des radicaux

Les socialistes ont réussi à se brouiller avec leurs derniers alliés, les radicaux de gauche, dont le seul tort est sans doute de leur être resté loyaux et fidèles. Bel exploit. Lassés d'être considérés comme des alliés de seconde zone et outrés par la désinvolture du PS à leur égard, notamment lors des dernières élections sénatoriales (où le nombre de leurs sénateurs a fondu de 10 à 6), les radicaux veulent maintenant reprendre leur autonomie. En clair sortir de la majorité.

Les sénatoriales ont été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Dans plusieurs départements, le Parti radical de gauche (PRG) a fait ce qu'il fallait pour faire élire ses alliés socialistes. Ce fut le cas dans le Calvados, en Côte-d'Or, en Saône-et-Loire, en Ille-et-Vilaine ou encore dans les Alpes-Maritimes. En Charente-Maritime, où le PRG pèse, il avait même retiré sa liste pour permettre au PS de l'emporter.

Or, dans nombre de départements (Gers, Ardèche, Eure-et-Loir, Cantal...), les socialistes n'ont manifestement pas renvoyé l'ascenseur. Mieux, en ne disciplinant pas, comme il aurait dû le faire, ses grands électeurs, le PS a contribué à faire battre Jean-Michel Baylet, le patron du PRG, dans le Tarn-et- Garonne. Celui-ci avait à maintes reprises tiré la sonnette d'alarme auprès de l'Elysée, Matignon et Solferino. Une trahison, crie-t-on au PRG.

Le soir de la défaite, le 28 septembre, les militants radicaux se sont étranglés de colère en entendant la sénatrice PS et ancienne ministre Nicole Bricq se réjouir. « On paye toujours », déclarait l'ancienne ministre sur la chaîne Public Sénat en reprochant à Baylet et au groupe PRG son opposition à la réforme territoriale. C'est la seule question notable (avec le non-cumul des mandats contre lequel ont aussi guerroyé des socialistes comme François Rebsamen et François Patriat) sur laquelle le PRG a en effet eu l'audace de se démarquer du PS.

Sur le forum interne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 6 oct 2014 à 10:34

    945 jours signifie 945 âneries, car l'expérience prouve qu'ils en font une par jour.

  • frk987 le lundi 6 oct 2014 à 10:33

    Oh Oh oh !!! 3 ans vous dites Charlesco, 2,5 années suffiront amplement, 945 JOURS pour être précis.

  • charleco le lundi 6 oct 2014 à 09:21

    Non seulement ils font éclater le PS, mais en plus ils font éclater les alliances! Quand on est nul c'est jusqu'au bout! Encore 3 ans de galère à tirer. Les successeurs devront viser juste pour rattraper le mal qui a été fait, sinon, c'est regalère!

  • M1531771 le lundi 6 oct 2014 à 08:49

    Mais ils s'attendaient à quoi d'autre ?!? Franchement !

  • M7097610 le lundi 6 oct 2014 à 08:43

    vu le nombre de militant de ce parti, les protestations n'ont pas été audibles ! Les socialistes vont pouvoir regretter bientôt leur attitude ...beaucoup voient l'echec de près !

  • M2266292 le lundi 6 oct 2014 à 08:17

    La trahison le lot quotidien des socialos, mais que fait il avec eux ?