Le coup de poker de Betclic pour sortir du rouge dès cette année

le
0
L'opérateur de jeux en ligne a divisé par deux ses pertes en 2012. Il continue à réduire ses coûts et enrichi son offre.

Faut-il voir le verre à moitié plein ou à moitié vide? L'année dernière, l'opérateur de jeux en ligne, Betclic-Everest, détenu à parité par Stéphane Courbit et la Société des bains de mer de Monaco, était encore dans le rouge (50 millions d'euros pour des ventes de 300 millions). Mais ce trou était quand même moins décourageant que celui déploré en 2011 (100 millions).

N'empêche, ces énormes pertes illustrent la difficulté de gagner de l'argent dans ce secteur. Notamment en France où le groupe est pourtant leader des paris sportifs avec 38 % de parts de marché et réalise 35 % de ses ventes. Car, avec une augmentation de 1 % seulement en 2012, le marché hexagonal du jeu en ligne (9,4 milliards) n'est pas à la hauteur des espérances. À l'image de Partouche qui vient de fermer son site de poker, certains jettent donc l'éponge.

Sort...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant