Le coup de gueule de Pierre Cardo, le «gendarme du ferroviaire»

le , mis à jour le
0
Le coup de gueule de Pierre Cardo, le «gendarme du ferroviaire»
Le coup de gueule de Pierre Cardo, le «gendarme du ferroviaire»

C’est le gendarme du ferroviaire, le poil-à-gratter de la SNCF. L’Autorité de régulation des activités ferroviaires (Araf), méconnue du grand public, a pourtant un rôle clé : contrôler que la concurrence se déroule de manière équitable dans le transport ferroviaire après des décennies de monopole de la SNCF. Créée en 2009, lorsque l’Europe a décidé de libéraliser le marché ferroviaire en commençant par le fret, l’Araf devrait voir ses missions étendues dans les prochaines années. D’abord parce que le transport ferroviaire des passagers va lui aussi s’ouvrir à la concurrence. Ensuite parce que le gouvernement a prévu, dans le cadre de la loi Macron, de confier à cette institution indépendante la lourde tâche de réguler également le transport par autocar et surtout les autoroutes. Or, pour Pierre Cardo, le président de l’Araf, cette indépendance est aujourd’hui menacée par un projet de décret.

Que reprochez-vous à ce décret ?

Pierre Cardo. «Il prévoit que pour chaque décision, avis ou recommandation que nous prenons le gouvernement soit consulté. Il impose aussi le contenu de notre rapport d’activité. Où est notre indépendance dans ce cas ? L’Europe a voulu l’Araf et le Parlement nous a créé pour éviter que l’Etat soit schizophrène, qu’il soit juge et partie en étant à la fois l’actionnaire majoritaire de la SNCF et celui qui contrôle le transport ferroviaire. Quand on écorche cette indépendance c’est à notre raison d’être qu’on s’attaque».

Pourquoi un tel projet de décret ?

«L’Etat a tendance a déléguer avec un élastique. Dans les ministères, on apprécie rarement de céder une partie de son pouvoir à un régulateur. Et puis, nous prenons des décisions qui ne sont pas toujours agréables, notamment pour la SNCF».

Si ce projet de décret abouti quel est le risque pour l’Araf ?

«Quand l’Etat contrôle, il muselle. Et face à un mastodonte comme la SNCF, il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant