Le coup de gueule d'un député PS

le
0
Pouria Amirshahi, ici en 2010 à Paris.
Pouria Amirshahi, ici en 2010 à Paris.

François Hollande a repéré Pouria Amirshahi comme étant un "rebelle". Quand le chef de l'État emploie ce mot, il y a toujours chez lui quelque chose d'amusé, comme un grand frère qui se pencherait sur les petites mutineries d'un cadet turbulent. Ce député PS des Français de l'étranger (le Mali fait partie de sa circonscription) a de nombreux motifs de divergence avec la majorité à laquelle il appartient. Le 9 octobre 2012, il a voté contre le traité européen de stabilité (comme 19 de ses camarades socialistes). Le 9 avril, il s'abstient, à l'instar de 34 députés PS, lors du vote sur le projet de loi relatif à la sécurité de l'emploi. Enfin, le 21 décembre 2012, il refuse de participer au vote à main levée sur la loi antiterroriste de Manuel Valls, considérant que "les conditions d'un débat démocratique éclairé n'étaient pas réunies".Aujourd'hui, Pouria Amirshahi "regrette", par exemple, d'avoir voté le CICE (crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) l'an passé. "Au lieu de faire un cadeau de 20 milliards d'euros indifférencié aux entreprises, on aurait dû être cohérents avec le choix de soutenir la production française, explique-t-il. Dès lors, c'est la BPI que nous aurions dû doter de 20 milliards d'euros afin qu'elle prête elle-même, après instruction des dossiers, aux entreprises qui le méritent vraiment. On ne peut pas d'un côté faire le choix de restaurer l'industrie française et, dans le même temps, voter...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant