Le coup de force de Ségolène Royal réjouit la droite

le
0
Pour les cadres de l'UMP, l'annonce surprise de la candidature de Ségolène Royal révèle le retour de vieilles querelles à la tête du parti socialiste

Les sondages sont en berne, le remaniement a ravivé les fractures dans la majorité, mais une éclaircie est venue déchirer le ciel sombre qui pèse sur la droite. «Ségolène Royal est ce qui pouvait arriver de mieux à la droite, s'extasie un cadre de l'UMP. Tenez, j'ai presque envie de l'embrasser.» Sans aller jusqu'à de tels débordements de joie, le porte-parole de l'UMP, Dominique Paillé, n'hésite pas à parler d'«alliée objective». «Fidèles à leurs vieux démons, les socialistes se déchirent et défendent chacun leur propre agenda, explique l'ancien élu des Deux-Sèvres. Mme Royal ne manque pas de culot: non seulement elle rompt ses engagements supposés avec Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn, mais elle voit en Strauss-Kahn son futur premier ministre. Passez-moi la formule, mais ils ne jouent pas dans la même catégorie tout de même.»

Jean-François Copé s'apprête lui à savourer le spectacle de la compétition interne au PS: «Ils ont dressé le ring, l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant