Le coup de blues des procureurs

le
0
Démarche inhabituelle, les trois quarts des procureurs ont signé une pétition dans laquelle ils dénoncent la multiplication des textes juridiques et le manque de moyens qui freinent l'efficacité de la justice.

Ils n'ont pas l'habitude de s'épancher. Pas l'habitude non plus de jouer les rebelles. Pourtant, 126 des 163 procureurs de la République disséminés à travers l'Hexagone ont choisi de signer une pétition qui exprime leur malaise. Un appel destiné à alerter sur les difficultés d'exercice de leur tâche. Les chefs des parquets sont donc sortis de leur réserve pour tenter de s'imposer dans le débat de la campagne présidentielle, une démarche inhabituelle.

«Nous ne sommes pas du tout dans une démarche politique, mais à certains moments, il faut que les choses soient dites» explique Robert Gélie, qui préside la conférence nationale des procureurs, un organe informel. «C'est un ras-le bol qui dure depuis de longues années, poursuit-il, nos équipes sont en souffrance, nous avons fini par envisager cet appel».

Le texte, qui vient d'être envoyé au garde des Sceaux, souligne notamment «l'insuffisance flagrante» des moyens . La question récurrente des moyens accordü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant