Le coup de billard d'Aliot à Perpignan

le
0
Le numéro 2 du FN joue de sa position d'arbitre pour espérer bénéficier de retombées en prévision des municipales de 2014.

Louis Aliot, leader du FN des Pyrénées-Orientales jubile. Sa décision de retirer la candidate FN, arrivée troisième dans la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales (PS: 32,1 % ; UMP: 27,7 % ; FN: 23,59 %), fait de lui une sorte d'arbitre temporaire de la partie de billard à trois bandes en prélude aux municipales de Perpignan. Et aussi le sauveur du sortant UMP Fernand Siré, en difficulté.

Sur la ville, le premier tour établit une hiérarchie resserrée (UMP: 27,58 % ; PS: 27,16 % ; FN: 24,45 %) qui dit l'intérêt que peut porter Louis Aliot à l'électorat UMP. Pour dimanche, lui-même a des chances très relatives de s'imposer dans la première circonscription avec 1 700 voix de retard sur Daniel Mach (UMP sortant) et 200 sur Jacques Cresta (PS), potentiellement renforcé par le pactole électoral du Front de gauche (6400 voix).

«Un subtil habillage»

«Les électeurs UMP ont été sensibles à la décision du retrait. Je peux ainsi améliorer ma situation d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant