Le corps du Chris

le
0
Le corps du Chris
Le corps du Chris

Débarqué à la tête de la sélection en janvier 2012 pour prendre la suite de son ami intime Gary Speed, Chris Coleman a progressivement réussi à retourner l'opinion publique au Pays de Galles et à faire accepter la ville de Swansea. La passion et la revanche dans les veines.

Il est parti avec sa vérité, ses raisons. Aujourd'hui encore, personne au Pays de Galles ne sait pourquoi et comment expliquer ce geste. Un garage sombre au bas d'un vaste terrain, sa femme Louise et face à elle, le corps pendu de la légende Gary Speed. Ce 27 novembre 2011 est une plaie ouverte. C'est aussi une raison d'avancer et de croire pour tout un peuple. Un an plus tôt, la belle gueule avait été installée sur le banc de la sélection nationale par sa fédération et avait branché le courant d'une révolution interne pour, à terme, faire revenir le Pays de Galles sur le front de la scène internationale.


Speed venait alors de reprendre le témoin tendu par John Toshack, en poste depuis novembre 2004, et de redonner un intérêt à une sélection où de nombreux joueurs ne trouvaient plus d'intérêt à venir. Ryan Giggs, l'idole (64 sélections), en est le plus bel exemple, retraité en 2007 pour se concentrer sur sa carrière à Manchester United, mais qui ouvra la porte à un retour en 2012. Gary Speed, c'était donc ça : du jeu, du charisme et des idées novatrices (la science sportive, la psychologie). Puis tout s'est arrêté. Et il a fallu trouver une solution sans casser la ligne directrice. "Il est toujours dans mes pensées, pas seulement pendant l'Euro. Et je suis sûr qu'il est avec nous, qu'il est fier et qu'il se réjouit."

Le passeport, la Serbie et la mémoire


Ces mots viennent de Chris Coleman, ami d'enfance et relais naturel du travail de Gary Speed. Les deux hommes se connaissaient depuis l'enfance.
"Beaucoup de gens ne voulaient pas de moi. Je pense qu'il y a aussi la rivalité Swansea-Cardiff, donc pas mal de personnes ne m'aimeront jamais"Chris Coleman
Fin 2011, Coleman est alors en Grèce, il bosse en deuxième division nationale, à Larissa, et quittera son poste quelques semaines plus tard à la suite des nombreux problèmes financiers du club. C'est la raison officielle derrière la volonté intime de saluer la mémoire de Speed. Deux ans plus tôt déjà, Chris Coleman avait tenté sa chance auprès de la fédération galloise. Cette fois,…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant