Le contrôleur des prisons réclame une loi d'amnistie

le
0
Jean-Marie Delarue veut désengorger les prisons par ce biais, mais la garde des Sceaux s'y est montrée hostile.

Pas d'amnistie automatique: c'est le message qu'ont dû marteler mercredi Delphine Batho, la ministre déléguée à la Justice, puis la garde des Sceaux, Christiane Taubira, après que Jean-Marie Delarue, le contrôleur des prisons (et de l'ensemble des lieux privatifs de libertés), a jeté un pavé dans la mare en défendant l'idée d'une amnistie des courtes peines en attente pour lutter contre la surpopulation des prisons. «La solution n'est pas d'aller vers des amnisties automatiques», a expliqué Delphine Batho, estimant qu'il s'agirait d'«un très mauvais signal dans la lutte contre la délinquance». Elle a expliqué que François Hollande avait pris position pendant la campagne contre une loi d'amnistie, pour les peines de prison comme les délits routiers. Nicolas Sarkozy a en effet rompu à son arrivée au pouvoir avec la tradition des amnisties présidentielles - lors du précédent quinquennat, seule avait été acceptée la libération annuelle d'une poignée de déte

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant