Le contrôle judiciaire du handballeur Dragan Gajic allégé

le
0
LE CONTRÔLE JUDICIAIRE DE DRAGAN GAJIC PARTIELLEMENT LEVÉ
LE CONTRÔLE JUDICIAIRE DE DRAGAN GAJIC PARTIELLEMENT LEVÉ

par Dimitri Moulins

MONTPELLIER (Reuters) - Le joueur de Montpellier Dragan Gajic, mis en examen pour escroquerie dans l'affaire des paris illicites, a vu son contrôle judiciaire allégé par l'un des juges d'instruction dans une ordonnance rendue en début d'après-midi.

Le Slovène n'a désormais plus l'interdiction de rencontrer les autres joueurs ainsi que le staff du Montpellier Agglomération Handball (MAHB), ce qui ne signifie pas pour autant qu'il va rejouer dans l'immédiat.

Seul le club, qui avait suspendu son contrat à la suite du contrôle judiciaire, est en effet décisionnaire à ce sujet.

"Le droit du travail est tout de même assez strict. A partir du moment où il peut revenir au sein du club, le club a l'obligation de le faire rejouer, cela fait partie des obligations qui incombent à l'employeur", explique Me Frédéric Landon, l'avocat de Dragan Gajic.

"Gajic étant un joueur de niveau mondial, je ne vois pas comment Montpellier pourrait se passer de son talent et de sa compétence. Le club n'a aucun reproche à formuler à l'encontre de M. Gajic, il n'a pas pris de pari sur ce match."

Il est reproché à Dragan Gajic d'avoir prêté 4.000 euros à Samuel Honrubia, qui les aurait utilisés pour parier, ce qui aurait rapporté 11.600 euros au joueur qui évolue aujourd'hui au Paris Saint-Germain.

Honrubia n'aurait pas expliqué à son ancien coéquipier à quoi devait servir cette somme.

"Je ne vois pas pourquoi le club ne ferait pas rejouer M. Gajic, c'est la demande qui a été faite aujourd'hui auprès du club qui doit fournir du travail à celui qui est son salarié, et le travail en question, c'est de le faire jouer", insiste Me Landon.

"J'ai demandé au président du club de reprendre contact avec M. Gajic. Dans tous les cas, Dragan Gajic se présentera dès demain (samedi) physiquement au club pour y rencontrer le président (...) seule subsiste une interdiction de rencontrer deux joueurs qui sont partis à Paris", précise Me Landon, faisant référence à Samuel Honrubia et Malien Bojinovic, anciens joueurs du MAHB, transférés à l'intersaison dans la capitale.

Les quatre autres joueurs montpelliérains mis en examen et actuellement sous contrôle judiciaire, Nikola et Luka Karabatic, Primoz Prost et Issam Tej, n'ont eux toujours pas le droit de rencontrer les autres joueurs ou le staff héraultais.

La chambre d'instruction de la Cour d'appel de Montpellier, saisie mardi dernier par les avocats des joueurs d'une demande de levée "pure et simple" du contrôle judiciaire, a mis sa décision en délibéré au jeudi 25 octobre.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant