Le contrôle du trafic aérien, défi et aubaine pour les industriels

le
0
Le contrôle du trafic aérien, défi et aubaine pour les industriels
Le contrôle du trafic aérien, défi et aubaine pour les industriels

Le trafic aérien ne cesse d'augmenter, et avec lui les besoins de systèmes et équipements de contrôle pour gérer décollages, atterrissages, éviter les attentes et les collisions : un défi et un relais de croissance pour l'industrie.Plusieurs grands groupes d'électronique se disputent ce marché. En tête, le français Thales qui a annoncé mercredi un contrat pour moderniser le contrôle de l'espace aérien irakien. La commande consolide sa présence au Moyen-Orient, de l'Egypte jusqu'au Pakistan, et sa domination mondiale.L'américain Raytheon n'est pas loin derrière, fort d'une solide implantation aux Etats-Unis, le premier marché du monde. Lockheed Martin, autre américain, l'italien Selex (groupe Finmeccanica) et l'espagnol Indra offrent aussi toute la palette des produits: systèmes de surveillance, de communications et d'aide à la navigation.La gestion du trafic aérien (ou ATM dans le jargon du secteur, pour air traffic management), a généré un chiffre d'affaires de 5 milliards de dollars de septembre 2012 à août 2013, selon l'estimation des consultants d'IHS Jane's. Comparés aux 4,5 milliards engrangés sur la même période un an plus tôt, c'est une progression de 11%."Nos chiffres montrent une augmentation des achats en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient, alors que les pays occidentaux ressentent toujours les effets du ralentissement économique", dit Ben Vogel, rédacteur de l'Airport Review d'IHS Jane's."La région Asie Pacifique est probablement un des marchés qui se développent le plus vite, ajoute Robert Meyer, directeur de l'ATM chez Raytheon. De très nombreuses agences nationales de l'aviation civile y cherchent à moderniser leur équipement".Dans un trafic aérien mondial qui augmente en moyenne de 5% par an, l'Asie Pacifique connaît la plus forte croissance. L'Association internationale du transport aérien y attend 300 millions de passagers de plus d'ici 5 ans. D'après Jean-Marc Alias, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant