Le "contrat de génération" de Hollande coûterait 2,2 milliards

le
1
LE COÛT DU "CONTRAT DE GENERATION" DE FRANÇOIS HOLLANDE ÉVALUÉ À 2,2 MILLIARDS D'EUROS SUR CINQ ANS
LE COÛT DU "CONTRAT DE GENERATION" DE FRANÇOIS HOLLANDE ÉVALUÉ À 2,2 MILLIARDS D'EUROS SUR CINQ ANS

PARIS (Reuters) - S'il est élu président, François Hollande s'est donné comme objectif la signature de 500.000 "contrats de génération" sur cinq ans pour un coût estimé entre 2,2 et 2,3 milliards d'euros, a-t-on appris vendredi auprès de l'équipe de campagne du candidat socialiste à la présidentielle.

Le dispositif, qui consiste à aider les entreprises embauchant un jeune de moins de 30 ans en contrat à durée indéterminée (CDI) tout en gardant un salarié de plus de 50 ans, sera financé par un redéploiement des allègements de cotisations sociales.

Selon les calculs du Parti socialiste, 130 milliards d'euros d'allègement de cotisations ont été accordés depuis 2007 sans contrepartie de la part des entreprises.

Fort de ce constat, le candidat socialiste compte financer l'un des dispositifs phares de ses projets pour l'emploi et la jeunesse, priorités affichées de son quinquennat s'il est élu en mai.

Selon le dispositif prévu, l'entreprise bénéficierait d'exonérations de charges sociales (maladie, vieillesse...) pour le jeune et d'exonérations de cotisations chômage pour le senior, qui devra consacrer une partie de son temps de travail à la formation du nouveau venu.

En prenant comme base de calcul un smic pour le jeune et deux smic pour le senior, l'aide s'élèverait à 4.500 euros par an par contrat.

"Le 'contrat de génération' est une réflexion qui vient de très loin pour François Hollande, qui veut redonner confiance à la jeunesse et donc dans l'avenir de la Nation tout entière", a expliqué Bruno Le Roux, porte-parole du candidat, lors d'une conférence de presse au siège de campagne.

Les modalités de mise en place du "contrat de génération" seront discutées lors de la grande conférence sociale que François Hollande souhaite organiser peu après son éventuelle arrivée aux affaires.

Certains observateurs ont d'ores et déjà mis en garde contre "l'effet d'aubaine" que pourrait créer ce système, qui avait fait débat au PS lors de la primaire.

Le "contrat de génération" sera mis en oeuvre "le plus tôt possible", a déclaré Laurianne Deniaud, chargée de la jeunesse dans l'équipe de campagne, rappelant qu'un quart des moins de 25 ans est au chômage en France et que "quatre jeunes sur cinq entrent sur le marché du travail avec un contrat précaire".

Selon Bruno Le Roux, le député de Guadeloupe Victorin Lurel prépare une déclinaison du dispositif pour l'Outre-Mer, où le taux de chômage des jeunes est particulièrement élevé.

Elizabeth Pineau, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • contava4 le vendredi 24 fév 2012 à 15:40

    t'as jamais rien fait de ta vie..aucun dirigeant ps n'a voulu de toi....t'es un zero.