Le contexte terroriste suscite de drôles de passages à l'acte

le
0
Controle des bagages à la gare routière de Lyon le 19 juillet 2016.
Controle des bagages à la gare routière de Lyon le 19 juillet 2016.

Depuis les attentats de janvier 2015, les incidents, plus ou moins inspirés par l’islamisme ou, au contraire, à tendance islamophobe, se sont multipliés. Policiers et magistrats vivent dans la hantise de rater un vrail profil à risque.

En augmentation constante depuis les attentats islamistes de janvier 2015, les incidents liés au contexte terroriste ont tendance à se multiplier depuis le début du mois d’août. Provocations, insultes, menaces, fausses alertes, ports d’armes, pas un jour sans une affaire en résonance avec la vague d’actes terroristes. Qu’il s’agisse de comportements plus ou moins inspirés par l’islamisme, ou, au contraire, d’attitudes à tendance islamophobe, ce contrecoup des récentes attaques parcourt la société comme une onde de choc aux formes variées.

Le 28 juillet, un homme âgé de 70 ans laissait un message anonyme sur le répondeur de la grande mosquée de Lyon : « Ça va péter dans cinq minutes. » Il a été identifié et interpellé dès le lendemain, malgré son appel masqué. Pour marquer le coup, le parquet a fait le choix d’une convocation par procès-verbal, avec saisine d’un juge des libertés et de la détention pour le placer sous contrôle judiciaire, en attendant son procès devant le tribunal correctionnel, pour « menace de commettre un crime contre les personnes en raison de leur religion ».

« Un sentiment de toute puissance » « Les gens fragiles sont perméables aux tensions sociales ambiantes, ils peuvent plus facilement passer à l’acte en utilisant le thème du terrorisme, ils font écho aux peurs de la population », analyse Jean Canterino, expert psychiatre auprès des tribunaux, pour qui le mimétisme et l’impact médiatique combinés peuvent expliquer la multiplication des comportemen...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant