Le contentieux irako-turc en voie de règlement, selon Bagdad

le
0
 (Actualisé avec réaction russe, contexte) 
    NATIONS UNIES, 9 décembre (Reuters) - Les discussions entre 
Bagdad et Ankara sur la présence de troupes turques dans le nord 
de l'Irak se déroulent extrêmement bien et devraient permettre 
de dissiper le contentieux, a estimé mardi l'ambassadeur irakien 
auprès des Nations unies. 
    "Nous sommes en train de régler cela bilatéralement", a 
déclaré Mohamed Ali Alhakim, s'adressant à la presse à l'issue 
d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l'Onu 
organisée à la demande de la Russie.  
    "Nous n'allons pas encore en référer au Conseil de sécurité 
ni aux Nations unies (...) Ce qui importe pour nous, ce sont les 
discussions bilatérales en cours entre Bagdad et Ankara et elles 
se déroulent extrêmement bien", a poursuivi le diplomate, 
soulignant que Moscou n'avait pas consulté le gouvernement 
irakien avant de saisir le Conseil de sécurité.  
    Mohamed Ali Alhakim a toutefois ajouté que l'Irak réclamait 
toujours le retrait des troupes turques.  
    La Turquie a interrompu dimanche son déploiement de forces 
dans le nord de l'Irak mais ne retirera pas les effectifs qui 
s'y trouvent déjà, avait annoncé quelques heures plus tôt le 
ministère turc des Affaires étrangères. 
    Ankara a assuré que ces troupes avaient été déployées avec 
l'assentiment de Bagdad pour faire face aux djihadistes de 
l'Etat islamique (EI), ce que nient les autorités irakiennes. 
 ID:nL8N13X32S  
    La destruction d'un chasseur-bombardier russe par l'aviation 
turque le 24 novembre, près de la frontière syrienne, a provoqué 
une grave crise diplomatique et c'est pour cette raison que 
Moscou a voulu évoquer la présence turque en Irak au Conseil de 
sécurité, dit-on de sources diplomatiques. 
    Jugeant que les discussions avaient été constructives, 
l'ambassadeur russe aux Nations unies a toutefois semblé 
regretter qu'aucune déclaration appelant au respect de 
l'intégrité territoriale et de la souveraineté n'ai été adoptée. 
    "Notre idée était d'attirer l'attention des membres du 
Conseil de sécurité sur la situation. Nous pensons que la 
Turquie a agi dangereusement et de façon inexplicable en 
procédant à de nouveaux déploiements sur le territoire irakien 
sans le consentement du gouvernement", a déclaré Vitali 
Tchourkine.    
 
 (Louis Charbonneau, Jean-Philippe Lefief pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant