Le consommateur est devenu raisonnable et raisonné

le
0
Le consommateur d'aujourd'hui est devenu connecté Diego Cervo/shutterstock.com
Le consommateur d'aujourd'hui est devenu connecté Diego Cervo/shutterstock.com

(Relaxnews) - C'est vrai en France, en Espagne, en Belgique ou en Italie. Les consommateurs ne sont les plus mêmes que ceux dont le portrait était tracé il y a cinq ans, quand la crise a commencé. L'Observatoire Cetelem, publié jeudi 5 février, qui fait office de référence en matière de tendances de consommation, fait éclore un nouveau consommateur, qui ne se soumet pas aux achats d'impulsion, maîtrisant au mieux ses dépenses. 

La crise n'a pas été sans effet sur les habitudes de consommation des Européens. Au cours de ces cinq dernières années, plus de 60% considèrent que leur manière d'acheter à changer (66% des Français). Différence de taille, 52% des consommateurs achètent moins qu'avant d'une manière générale. Maîtrisant au plus près leurs dépenses, ils évitent de succomber aux achats d'impulsion (56%). Les Français sont particulièrement concernés par cette nouvelle façon d'envisager le shopping (60%) tout comme les Espagnols (69%) ou les Italiens (66%). 

La faute à une situation financière qui s'est dégradée : 52% d'Européens l'affirment. Près des trois quarts (73%) parlent même de contraintes pour leur pouvoir d'achat.

Les consommateurs ont donc mis en place une nouvelle stratégie, basée sur la raison. 83% scrutent davantage les prix. 79% chassent les promotions et achètent d'occasion. 73% utilisent plus souvent Internet et les nouvelles technologies pour dénicher des produits à moindre coût. Voilà l'une des principales différences avec le consommateur de 2009 : il est devenu connecté. D'ailleurs, 37% des personnes interrogées précisent réaliser moins souvent d'achats en magasin. 

Les Européens n'ont pas eu peur de tester les nouvelles tendances à la mode pour réussir à maintenir leur consommation. Six sur dix revendent leurs objets et 15% utilisent davantage le système "drive" par exemple.

Cette enquête a été réalisée via Internet entre le 4 novembre et le 2 décembre 2014par TNS Sofres auprès de 8.719 Européens interrogés avec des échantillons, représentatifs des populations nationales d'au moins 500 individus par pays (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Portugal, Royaume-Uni, Hongrie, Pologne, République tchèque, Slovaquie et Roumanie).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant