Le Conseil de sécurité va voter sur l'accès humanitaire en Syrie

le
0
VOTE ATTENDU DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR L'ACCÈS HUMANITAIRE EN SYRIE
VOTE ATTENDU DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR L'ACCÈS HUMANITAIRE EN SYRIE

NATIONS UNIES (Reuters) - Une résolution autorisant la livraison d'aide humanitaire aux régions syriennes contrôlées par les rebelles sans l'accord du gouvernement de Bachar al Assad sera soumise lundi au vote du Conseil de sécurité des Nations unies, a-t-on appris de sources diplomatiques occidentales.

L'ambassadeur d'Australie à l'Onu, qui a corédigé le projet de résolution avec ses homologues luxembourgeois et jordanien, a indiqué sur son compte Twitter que la version finale du texte avait été soumise vendredi aux 15 membres du Conseil.

Le vote devrait intervenir lundi vers 12h00 (16h00 GMT), ont précisé des diplomates occidentaux qui ont exprimé l'espoir que la Russie et la Chine n'opposent pas leur veto au texte négocié depuis plus d'un mois.

Moscou, qui a déjà bloqué quatre résolutions sur la Syrie depuis le début du conflit, a insisté pour que soient retirées de la résolution des considérations politiques "qui n'ont rien à voir avec la situation humanitaire".

Dans la version finale du texte, le Conseil de sécurité "affirme" et non plus "décide" qu'il "adoptera des mesures supplémentaires en cas de non respect de la résolution ou de la résolution 2139 (votée en février, ndlr) par l'une des parties syriennes".

Pour imposer des sanctions, il faudrait donc soumettre une nouvelle résolution au vote du Conseil de sécurité, ce qui permettrait à la Russie de protéger les intérêts de son allié Bachar al Assad.

La résolution 2139 prévoyait déjà un renforcement de l'aide humanitaire mais elle ne s'est traduite par aucun résultat concret sur le terrain.

Les Occidentaux souhaitaient initialement que la nouvelle résolution autorise un accès humanitaire total au territoire syrien mais ils ont dû revoir leurs ambitions à la baisse pour surmonter l'opposition de la Russie et de la Chine.

Le texte ne prévoit plus la livraison d'aide qu'à travers quatre poste-frontières avec la Jordanie, l'Irak et la Turquie. Selon des diplomates occidentaux, cela permettrait de venir en aide à environ deux millions de personnes.

Le gouvernement syrien a prévenu le Conseil de sécurité qu'il considérerait la livraison d'aide aux zones rebelles sans son aval comme une agression.

(Michelle Nichols; Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant