Le Conseil de sécurité de l'Onu veut la fin des combats à Gaza

le
1
LE CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L'ONU VEUT LA FIN DES COMBATS À GAZA
LE CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L'ONU VEUT LA FIN DES COMBATS À GAZA

NATIONS UNIES (Reuters) - Le Conseil de sécurité des Nations unies a exprimé son inquiétude dimanche face à l'escalade de la violence dans la bande de Gaza et appelé à la fin immédiate des hostilités

Selon le dernier bilan fourni par les services de santé palestiniens, 447 personnes, dont de nombreux civils, ont péri côté palestinien depuis le lancement de l'offensive israélienne contre la bande de Gaza il y a près de 15 jours. La journée de dimanche a été particulièrement sanglante.

L'armée israélienne a également enregistré ses plus lourdes pertes depuis le 8 juillet, avec 13 militaires tués sur un total de 18.

"Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leur grave préoccupation au sujet du nombre croissant de victimes. Les membres du Conseil de sécurité appellent à la cessation immédiate des hostilités", a déclaré à la presse l'ambassadeur du Rwanda aux Nations unies, Eugène Gasana, à l'issue d'une réunion d'urgence des 15 membres du Conseil de sécurité à la demande de la Jordanie.

"Les membres du Conseil de sécurité ont appelé au respect du droit humanitaire international qui prévoit la protection des civils", a déclaré Eugène Gasana. "Les membres du Conseil de sécurité soulignent la nécessité d'améliorer la situation humanitaire notamment via des pauses humanitaires."

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon se trouve au Proche-Orient dans le but d'inciter Israéliens et Palestiniens à accepter un cessez-le-feu. Après le Qatar dimanche, il doit se rendre au Caire, à Jérusalem et Ramallah en Cisjordanie.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est attendu au Caire lundi.

Le 12 juillet, le Conseil de sécurité avait appelé à un cessez-le-feu entre Palestiniens et Israéliens et exprimé son inquiétude concernant la protection des civils des deux camps. Les Etats-Unis, alliés d'Israël, avaient accepté cette déclaration, les Etats arabes ayant menacé dans le cas contraire de pousser à l'adoption d'une résolution.

(Michelles Nichols; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bgador le lundi 21 juil 2014 à 08:05

    A qui profite le crime c'est la question ! en fait ceux la meme qui siegent a l'onu sont les vendeur d'armes aux protagonistes ! les paroles et bonnes resolutions OUI mais stopper le bussiness NON si personne ne vendait les armes il n'y aurait pas besoin de resolution tout cela est la fumisterie et nous avons affaire a une belle bande de faux-c