Le Conseil de l'Europe veut accélérer contre le terrorisme

le
1

STRASBOURG, 15 janvier (Reuters) - Le Conseil de l'Europe demande aux 47 Etats membres d'accentuer leur coopération dans la lutte contre le terrorisme et de ratifier la Convention européenne pour la prévention de ce phénomène, après les attaques qui ont fait 17 victimes la semaine dernière à Paris et Montrouge. Ouverte à la signature en 2005, en réponse aux attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, la Convention pour la prévention du terrorisme définit les actes considérés comme terroristes et les politiques préventives à mettre en place par les Etats membres. Elle n'a été ratifiée que par 32 Etats, dont la France. Entre autres signatures manquant à l'appel, on note celles du Royaume-Uni, de la Belgique ou de l'Italie. "Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser subsister une brèche dans ce domaine", a déclaré jeudi le secrétaire général du Conseil de l'Europe, évoquant devant des journalistes une communication adressée la veille au comité des ministres de l'organisation. "Nous devons avoir une approche paneuropéenne du phénomène", a ajouté Thorbjørn Jagland en rappelant que le Conseil de l'Europe comptait la Turquie et la Russie parmi ses membres. L'organisation de défense de la démocratie et des droits de l'Homme a mis en chantier en novembre dernier un protocole additionnel à la convention de 2005 qui doit harmoniser les normes de prévention et de répression des nouvelles menaces terroristes telles que le recrutement et le financement du voyage d'apprentis djihadistes vers l'étranger. Son adoption est prévue avant la fin de l'année. Sur le plan préventif, le Conseil de l'Europe propose son expertise en matière de valeurs démocratiques pour former des enseignants et des éducateurs appelés à intervenir en milieu scolaire ou pénitentiaire. Le secrétaire général a également insisté sur l'importance d'un enseignement relatif aux grandes religions auprès des jeunes enfants. "C'est quelque chose qui peut paraître normal, mais qui ne l'est pas partout, par exemple en France", a-t-il souligné. (Gilbert Reilhac, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le jeudi 15 jan 2015 à 16:20

    pas trop tôt