Le Conseil de l'Europe s'inquiète de la situation en Ukraine

le
0

STRASBOURG, Bas-Rhin, 3 novembre (Reuters) - Le commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe s'inquiète de la situation humanitaire dans les zones de conflit de l'est de l'Ukraine où cinq millions de personnes vivent sous assistance pour leurs besoins les plus élémentaires. Dans un rapport publié mardi à Strasbourg, il invite le gouvernement de Kiev et les autorités indépendantistes qui contrôlent les régions de Louhansk et Donetsk à mettre en place des corridors humanitaires garantissant l'acheminement de l'aide internationale. "Plus d'un an après le déclenchement des hostilités armées dans l'est du pays, le conflit continue d'impacter sévèrement la vie des gens ordinaires", dénonce Nils Muiznieks, qui s'est rendu à Kiev et dans les zones de conflit en juillet dernier. "Environ cinq millions de personnes ont un besoin urgent d'assistance pour répondre à leurs besoins élémentaires. L'accès à l'eau potable est un problème crucial pour 1,3 million d'entre elles", ajoute-t-il. Les populations qui vivent dans les zones de contact entre les forces régulières et séparatistes ou dans la zone tampon qui les sépare "sont dans la situation la plus vulnérable", précise le commissaire. Nils Muiznieks inclut dans ces cinq millions de personnes en difficulté une grande partie des 1,4 million de déplacés internes, particulièrement "les personnes âgées, les handicapés, les mères de famille isolées et les familles nombreuses". Dans les zones sous contrôle des séparatistes, les populations souffrent de la suspension, par le gouvernement, des aides sociales et des pensions de retraite mais aussi du manque de vaccins pour les enfants et de traitements contre le VIH ou les maladies cardiaques. Le commissaire aux droits de l'Homme dénonce les restrictions de circulation imposées de part et d'autre des zones de conflit, tant par le gouvernement que par les forces rebelles. Il appelle les deux parties à respecter l'accord de Minsk qui assure, depuis septembre 2014, une paix précaire dans le pays et leur enjoint de respecter un cessez-le-feu mais aussi de garantir l'accès à l'aide humanitaire. (Gilbert Reilhac, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant