Le conseil de classe de la 18eme journée

le
0
Le conseil de classe de la 18eme journée
Le conseil de classe de la 18eme journée
Les félicitations du jury

- Si le PSG est aujourd'hui au sommet de la Ligue 1, c'est en grande partie parce que Thiago Motta est irrésistible. Contre Rennes, l'Italo-Brésilien a marqué un but splendide en plus d'une prestation d'ensemble accomplie. On n'oubliera pas non plus qu'il a été encore une fois bien aidée par Marco Verratti. Enfin, Edinson Cavani n'a, comme d'habitude, rien lâché. Son abnégation a été récompensée d'un but en fin de rencontre, son douzième en Ligue 1. La marque des grands.

- Plus rien n'arrête le FC Lorient, désormais huitième après cinq victoires consécutives en L1, et encore moins Vincent Aboubakar. L'attaquant camerounais a été l'homme providentiel des Merlus en marquant un but important à Ajaccio. Avec dix réalisations, il titille désormais Cavani et Ibrahimovic au classement des buteurs. Qui l'eût cru ? A noter la bonne rentrée de Jérémie Aliadière, qui a marqué le but de la victoire, et la très bonne partition rendue par Maxime Barthelmé, encore une fois.

- Le TFC tient son match référence. Selon Alain Casanova lui-même, les Violets ont rendu leur meilleure copie depuis le début de saison à Nantes (2-1) samedi. Emmené par un bon Etienne Didot et un excellent Serge Aurier, les Haut-Garonnais ont tout réussi dans leur 3-5-2 de référence. Après deux matchs nuls, Toulouse est reparti de l'avant et reste sur quatre matchs sans défaite. Costaud.

- Anthony Martial était parti pour cirer le banc de l'AS Monaco cette saison, présence de Radamel Falcao oblige. Oui mais voilà, depuis que le Colombien est absent, l'ancien Lyonnais se montre au grand jour. Titulaire lors des quatre derniers matchs de championnat, le joueur de 18 ans a marqué à deux reprises et a offert une passe décisive. L'avenir lui appartient.

- Muet depuis le 5 octobre et un but contre l'AC Ajaccio, Salomon Kalou a retrouvé le chemin des filets au bon moment pour le LOSC. L'Ivoirien a inscrit un doublé de toute beauté contre Bastia, alors que son équipe était menée au score. Avec un Kalou en pleine possession de ses moyens, Lille ne devrait pas être loin du podium cette saison. Les Nordistes en prennent assurément le chemin.

- Si Marseille a ramené un nul improbable de Lyon, c'est grâce à Steve Mandanda. Le gardien et capitaine de l'OM a encaissé deux buts sur lesquels il ne pouvait pas grand-chose. Pour le reste, il a fait parler son talent en s'interposant avec brio face à Gomis, Lacazette et Grenier. Du grand Mandanda ! - Hommage encore au gardien du côté de Bordeaux où Cédric Carrasso, qui a prolongé son contrat le jour même avec les Girondins, a stoppé un penalty et permis à son équipe de conserver les trois points contre Valenciennes dimanche. Merci qui ?

Les encouragements

- Max-Alain Gradel est de retour. L'attaquant ivoirien de Saint-Etienne s'est montré décisif en déplacement à Montpellier. Sans être transcendant, l'ancien joueur de Leeds a inscrit son deuxième but cette saison avec les Verts. Son départ cet hiver, annoncé comme programmé, pourrait finalement être reporté.

- Si l'OGC Nice a mis fin à une série de sept défaites consécutives contre Sochaux, il le doit avant tout à Eric Bauthéac. L'ailier des Aiglons a été le joueur le plus en vue de son équipe et l'unique buteur de la rencontre.

- Nantes a perdu à la Beaujoire mais un joueur a confirmé qu'il était bien le maillot fort de cette équipe cette saison : Papy Djilobodji. L'international sénégalais, alias « Le Bûcheron », s'est montré encore une fois à son aise au sein de la défense des Canaris. Il a agrémenté sa soirée d'un but magnifique. Rare pour lui.

- Quand Nicolas Maurice-Belay joue à ce niveau-là, il ne peut pas arriver grand-chose à Bordeaux. Auteur d'une première période de grande classe, l'ancien Sochalien a clôturé sa prestation d'un but plein de sang-froid.

- On ne l'avait plus vu en Ligue 1 depuis six ans. Il n'a pas mis longtemps à se rappeler aux bons souvenirs du championnat de France. Ludovic Genest a inscrit un but magnifique à l'ex-invincible Vincent Enyeama. Une prouesse technique pour un joueur méconnu. A noter malgré la défaite des Corses (2-1), l'entrée parfaite de Jean-Louis Leca à la place de Mickaël Landreau. Pas facile de suppléer le recordman des matchs en Ligue 1. Du beau travail.

- L'OL est maudit. Très performants dimanche contre l'OM, les Gones ont encore été rejoints au score en deuxième période après avoir mené 2-0. Une sale habitude qui commence à irriter Rémi Garde. Mais le coach lyonnais a préféré relever la prestation accomplie de son groupe. Et on le comprend. Mention spéciale à Yoann Gourcuff, malheureusement blessé en fin de rencontre, et à Alexandre Lacazette.

Avertissement de travail

- Anthony Mounier n'y arrive toujours pas. Arrivé de Nice en 2012, le milieu offensif gauche de Montpellier peine toujours à apporter ses qualités de débordement entrevues à Lyon, puis sur la Côte d'Azur. Le ciel s'assombrit encore plus pour Montpellier malgré l'arrivée de Rolland Courbis.

- L'AC Ajaccio file tout droit vers la Ligue 2. Avec toute la bonne volonté du monde, cette équipe ne met pas un pied devant l'autre. Le départ de Fabrizio Ravanelli, que l'on a accusé de tous les maux, n'a rien changé à l'affaire. On ne voit pas aujourd'hui ce qui pourrait sauver les Corses de la descente. Un miracle peut-être ?

- M.Lesage et Valenciennes, ce n'est vraiment pas une histoire d'amour. L'arbitre de Bordeaux-VA, qui avait déjà expulsé Rudy Mater lors de la 4eme journée où Lorient avait dominé les Nordistes (1-0), a encore fait du mal aux hommes d'Ariel Jacobs. En accordant un penalty plus que litigieux à Bordeaux et en omettant d'expulser Carlos Henrique pour une faute en position de dernier défenseur, l'arbitre bas-normand ne s'est pas fait que des amis. Et on comprend pourquoi !

- Plein de sarcasme et d'ironie, José Anigo a « salué » la prestation de Rémi Vercoutre dans les buts lyonnais dimanche soir. Clairement responsable sur la frappe de Gignac en première période, il a été loin d'être irréprochable sur le deuxième but de Thauvin. Pas rassurant.

Avertissement de conduite

- Face au PSG, la tâche est toujours difficile. Encore plus quand on refuse le jeu. C'est ce qui est arrivé à Rennes samedi au Stade de la Route de Lorient. A trop vouloir laisser le ballon aux Parisiens et en jouant beaucoup trop bas, les Bretons ont laissé les Parisiens développer leur football sans leur « rentrer » dedans. Au final, c'est une nouvelle défaite dans la besace. On aurait aimé voir autre chose?

- Sochaux était-il venu faire de la figuration du côté de l'Allianz Riviera ? On peut se le demander après la nouvelle défaite sans combattre des hommes d'Hervé Renard. En alignant une équipe ultra-défensive, l'ancien sélectionneur de la Zambie a affiché ses craintes du moment. Résultat : aucun tir cadré et donc aucune chance de marquer. Avec six défaites et trois nuls au compteur depuis sa prise de fonction, l'entraîneur du FCSM accumule les contre-performances. Triste bilan !

- Jouer Monaco et embêter le club de la Principauté en ce moment relève déjà de l'exploit. Surtout pour le promu guingampais. Mais à dix contre onze, c'est encore plus compliqué. La faute à Jonathan Martins-Pereira, coupable de deux fautes bêtes coup sur coup qui ont plié l'affaire en faveur des Monégasques et lui ont valu une expulsion stupide. Avaient-ils vraiment besoin de cela ?

- La passe d'armes entre Pascal Dupraz et Hubert Fournier a animé la conférence de presse d'après-match entre Evian TG et Reims. Mais fallait-il en arriver là après une partie qui s'est décantée à la dernière minute ? Le coach haut-savoyard est souvent adepte de propos à longue portée mais il a trouvé à qui parler du côté de la Champagne. Les deux hommes auraient plutôt intérêt à canaliser leur énergie pour motiver leurs joueurs qui ont livré un spectacle peu gratifiant samedi pendant 75 minutes?

- Quelle indigence dans la défense de l'OM dimanche soir à Gerland ! Hormis Souleymane Diawara, bagarreur, les autres ont livré une prestation sans nom, à l'image de l'ensemble de l'équipe pendant les 35 premières minutes notamment. Nicolas Nkoulou, la tête déjà ailleurs, Benjamin Mendy, tactiquement en dessous de tout, et Rod Fanni, toujours pas revenu à son meilleur niveau, ont précipité la chute annoncée de l'OM. Heureusement, le sort et le destin avaient choisi de laisser encore une chance au club phocéen. Jusqu'à quand ?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant