Le conseil de classe de l'OL

le
0
Le conseil de classe de l'OL
Le conseil de classe de l'OL

Peut mieux faire. Si l'on devait se muer en donneur de leçons pour porter un jugement sur le contenu de la performance de l'OL contre les NY Red Bulls (2-2), mardi soir en match amical, on pourrait utiliser cette expression digne d'un enseignant pendant un conseil de classe. Mais dans ce genre de circonstances, c'est toujours le professeur principal qui a le dernier mot. A Lyon, ce rôle est tenu par Rémi Garde : « Ce fut un bon match pour les deux équipes, confie l'entraîneur lyonnais. L'équipe des Red Bulls a le niveau d'une formation européenne. Mes attentes n'ont pas été totalement comblées, notamment quand on n'avait pas la possession de balle. On a fait preuve de largesses. Le début de match et la fin sont intéressantes avec du dynamisme et de la profondeur. » Un constat nuancé et terni par des sautes de concentration. Des erreurs qui ne pardonnent pas à ce niveau-là.

Miguel Lopes marque des points

Au moment de distribuer les notes, Rémi Garde n'a pas besoin d'antisèches et sa première pensée va au nouvel élève de l'école lyonnaise, Miguel Lopes. « J'ai bien aimé. Il a été intéressant défensivement et offensivement. Je suis plutôt satisfait. » Une analyse qui n'en fait pas pour autant un « chouchou ». Le Portugais doit encore faire ses preuves dans la difficulté et la répétition des challenges. Mais les bases posées poussent à l'optimisme. Pour le reste de l'équipe, les bons points ne sont pas légion. On notera tout de même l'apport indéniable des jeunes comme N'Jie (passeur décisif sur le but de Gourcuff) ou Fékir, qui montrent tous les deux qu'ils n'ont pas sauté de classe pour en arriver là. « Je suis un peu déçu du résultat après avoir bien débuté, concède pour sa part Zeffane. Avec la chaleur, c'était compliqué. Les changements ont fait du bien. On a su relever la tête après le deuxième but encaissé. Jouer à gauche et à droite ? Cela ne me dérange pas. Je l'ai beaucoup fait en CFA. Cela a bien fonctionné sur le côté droit avec Yo (Gourcuff). La saison dernière m'a beaucoup appris. Je sais à quoi m'attendre et il faut continuer de travailler. »

La jeune génération au premier rang

Pour devenir première de la classe, la jeune génération sait qu'elle devra pousser certains cadres sur le banc. Cela implique un investissement personnel important. La rentrée a déjà sonné depuis quelques semaines pour la plupart. Et le travail commence à payer. Tant mieux car Rémi Garde n'a pas l'intention de faire ralentir la progression de son groupe par quelques mauvais élèves indisciplinés. « Il faut prendre conscience que l'on ne peut pas trainer en route, assure-t-il. Il y a effectivement des ressources offensivement. La saison sera longue et compliquée. Il faut rester prudent, notamment avec les jeunes. Pour l'instant, il y a des choses intéressantes et d'autres à corriger. C'est bateau de dire cela mais cela englobe mes pensées actuelles. » Des pensées qui devraient certainement évoluer au fil de l'année. Ce n'est pas parce que le premier bulletin trimestriel est encore loin qu'il ne faut pas se méfier des avertissements. Certains ont d'ailleurs déjà été exclus pour « faute grave ». Bafétimbi Gomis avait pourtant plutôt le style d'un premier de la classe. En directeur impitoyable, Jean-Michel Aulas a fait jouer la sévérité. Certains préfèrent la diplomatie. A chacun son école?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant