Le conseil d'Orange confirme Stéphane Richard comme PDG

le
0
STÉPHANE RICHARD CONFIRMÉ À SON POSTE PAR LE CONSEIL D?ADMINISTRATION
STÉPHANE RICHARD CONFIRMÉ À SON POSTE PAR LE CONSEIL D?ADMINISTRATION

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Stéphane Richard, soutenu par le président François Hollande lui-même, a été confirmé lundi à son poste de PDG d'Orange après sa mise en examen dans l'affaire Tapie.

A l'issue d'un conseil d'administration extraordinaire, les administrateurs du premier opérateur télécoms français ont expliqué lundi que cette mise en examen n'était pas de nature à empêcher Stéphane Richard d'exercer ses responsabilités à la tête du groupe, dont l'Etat détient 27% du capital.

"Le conseil d'administration (...) a décidé de renouveler sa pleine confiance à Stéphane Richard pour continuer à relever, avec la même énergie, les nombreux défis d'Orange", soulignent-ils dans un communiqué.

"Le conseil a en particulier estimé que les mesures judiciaires affectant Stéphane Richard ne remettent pas en cause la capacité du président-directeur général à assumer pleinement et efficacement la direction d'Orange."

Bernard Dufau, administrateur indépendant d'Orange, s'est vu confier par le conseil une mission pour suivre l'évolution de la situation.

Alors que le maintien de Stéphane Richard à la tête d'Orange semblait en fin de semaine dernière de plus en plus incertain, l'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde au ministère de l'Economie a reçu dimanche le soutien de l'Elysée.

"Tant que Stéphane Richard peut être dirigeant de cette entreprise sans qu'il y ait de conséquences de la procédure judiciaire, il restera", avait déclaré le chef de l'Etat dimanche soir à la télévision.

Mis en examen le 12 juin pour "escroquerie en bande organisé", Stéphane Richard a été placé sous contrôle judiciaire avec pour seule obligation de ne pas rencontrer les autres personnes concernées dans l'affaire Tapie, a expliqué à Reuters une source judiciaire.

Le PDG d'Orange reste donc libre de se déplacer pour assumer ses responsabilités de dirigeant.

Il avait déjà reçu le soutien du gouvernement et de plusieurs personnalités de l'opposition ainsi que des syndicats d'Orange qui redoutaient que les ennuis judiciaires du PDG n'ouvrent une nouvelle période de turbulences pour le groupe, ébranlé avant l'arrivée de Stéphane Richard par une série de suicides parmi ses salariés.

Même si le climat social s'est depuis apaisé, Orange doit encore relever de nombreux défis. Outre la guerre des prix que se livrent les opérateurs mobiles depuis l'arrivée de Free au début 2012, l'entreprise va devoir investir des sommes importantes pour le développement du très haut débit en France.

L'action Orange, notamment soutenue par les propos de François Hollande, a gagné 3,8% à 7,591 euros lundi à la Bourse de Paris, signant la plus forte hausse de l'indice CaC 40.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant