Le Conseil d'Etat suspend le plafonnement du gaz

le
2
LE CONSEIL D'ÉTAT SUSPEND LE PLAFONNEMENT DES TARIFS DU GAZ
LE CONSEIL D'ÉTAT SUSPEND LE PLAFONNEMENT DES TARIFS DU GAZ

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Le juge des référés du Conseil d'Etat a suspendu jeudi l'exécution d'un arrêté limitant à 2% la hausse des tarifs du gaz pour les particuliers survenue fin septembre, demandant au gouvernement de se prononcer de nouveau sur le sujet dans un délai d'un mois.

Cette décision devrait contraindre l'Etat à annoncer une hausse supérieure à 2% pour mieux refléter l'augmentation des coûts de GDF Suez.

Le juge administratif était saisi par les concurrents de GDF Suez tels que Poweo Direct Energie et l'italien Eni, regroupés au sein de l'Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (Anode), pour qui le gel partiel des tarifs de l'opérateur historique crée une distorsion de concurrence.

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) avait estimé fin septembre que la hausse des tarifs du gaz aurait dû atteindre 6,1% cet automne pour couvrir les coûts de GDF Suez, comme le prévoit la loi.

Dans son ordonnance, le Conseil d'Etat indique que l'exécution de l'arrêté est suspendue dans la mesure où celui-ci "n'a pas fixé à un niveau plus élevé l'augmentation de ces tarifs".

La juridiction ajoute que "l'exécution de l'arrêté contesté est de nature à créer un phénomène de 'ciseau tarifaire' entre les coûts complets des opérateurs et les tarifs réglementés de GDF Suez, affectant les marges des opérateurs membres de l'Anode et compromettant leur présence sur le marché de la distribution du gaz ainsi que l'objectif public d'ouverture de ce marché à la concurrence".

L'action GDF Suez, régulièrement pénalisée depuis 2011 par le gel des tarifs du gaz, accroît ses gains après ces annonces. Elle progresse de 3,1% à 17,445 euros à 15h20, prenant la tête des hausses de l'indice CAC 40.

GDF Suez, dont l'Etat détient 36% du capital, s'appuie sur la loi pour formuler ses demandes de hausses des tarifs réglementés pour les ménages, qui concernent quelque 9 millions de foyers.

Ces tarifs sont aujourd'hui calculés en fonction d'une formule qui prend en compte les coûts d'approvisionnement, de transport, de stockage, de commercialisation et de distribution de GDF Suez.

En vertu d'un accord conclu fin 2009 entre le groupe et l'Etat, les tarifs sont susceptibles d'être révisés tous les trois mois en fonction de l'évolution des coûts d'approvisionnement et sous contrôle de la CRE.

Le gouvernement a toutefois indiqué en septembre qu'il envisageait de modifier le mode de fixation et la formule de calcul des tarifs du gaz.

GDF Suez et l'Anode ont obtenu cet été l'annulation d'un gel des tarifs décidé par le précédent gouvernement et, en conséquence, une hausse rétroactive.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rleonard le jeudi 29 nov 2012 à 16:37

    et le matraquage continue. Il faut imposer à ces societes, qui sont en position de quasi monopole, une reduction drastique de leur frais de fonctionnement car c'est trop facile de vivre dans le luxe et de dire : mes couts augmentent donc je dois augmnter mes prix. Pas une seule entreprise normale ne peut dire cela à part les politiques

  • M8609467 le jeudi 29 nov 2012 à 16:31

    IL FAUT NATIONALISER CETTE SOCIETE AINSI QUE EDF.