Le conseil d'État décidera de la vie ou de la mort de Vincent Lambert

le
1

Conformément au v?u de la ministre de la Santé Marisol Touraine, le CHU de Reims se joint au recours de la femme du patient tétraplégique pour demander l'arrêt du «maintien en vie artificiel».

Le CHU de Reims saisira le Conseil d'État pour s'opposer à la décision du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne de maintenir en vie l'un de ses patients, Vincent Lambert, ce tétraplégique dont la fin de vie divise la famille. C'est l'hôpital qui, mercredi soir, a fait savoir que «conformément à la position exprimée par Madame la Ministre de la Santé», il ferait appel de l'ordonnance en date du 16 janvier 2014. Avec cette action, qui survient après quinze jours d'hésitation, l'hôpital se joint à la démarche de l'épouse de Vincent Lambert, Rachel Lambert, qui, la veille, a elle-même saisi la plus haute juridiction administrative.

«Si l'épouse de Vincent Lambert prend la décision d'introduire un appel devant le Conseil d'État, le CHU de Reims accompagnera son...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2766070 le jeudi 30 jan 2014 à 17:50

    ha c est pas la sécu???