Le conseil d'administration du Club Med valide l'offre Fosun

le
0
LE CONSEIL D'ADMINISTRATION DU CLUB MED VALIDE L'OFFRE FOSUN
LE CONSEIL D'ADMINISTRATION DU CLUB MED VALIDE L'OFFRE FOSUN

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Le conseil d'administration du Club Méditerranée a, sans surprise, recommandé lundi l'OPA améliorée de Fosun, conseillant aux actionnaires souhaitant une liquidité immédiate d'apporter leurs titres à l'offre.

Le conseil a estimé à l'unanimité que le projet du conglomérat chinois était le mieux disant financièrement et combinait à la fois l'intérêt des actionnaires et ceux de la société, avec notamment "l'accélération du repositionnement stratégique" du groupe sur les villages haut de gamme, "le développement accru en Asie (...) et la consolidation de ses parts de marché dans les pays matures".

L'ensemble de ses membres ayant participé au vote (les quatre administrateurs intéressés à l'offre de Fosun n'ayant pas participé aux délibérations) ont décidé d'apporter leurs titres.

Le conseil avait déjà favorablement accueilli la deuxième offre déposée le 12 septembre par Gallion Invest II, véhicule d'investissement contrôlé par Fosun, estimant qu'elle alliait "augmentation de valeur pour l'actionnaire et volonté de poursuivre et renforcer la stratégie du Club".

Plus d'un an après avoir lancé une première offre, Fosun est revenu dans la bataille après avoir été mis en échec par l'homme d'affaires italien Andrea Bonomi.

Soutenu par le management du groupe, il propose de racheter Club Med au prix de 22 euros par action, au lieu des 21 euros offerts par l'Italien, valorisant l'entreprise à 839 millions d'euros (860 millions dette comprise).

Contacté par Reuters, un porte-parole d'Andrea Bonomi s'est refusé lundi soir à tout commentaire.

Dans son communiqué, le conseil se félicite du soutien des chefs de village au projet Gaillon II et tente de rassurer les représentants du personnel qui ont émis un avis défavorable au projet, jugeant trop risqué le basculement du groupe sous pavillon chinois et craignant la délocalisation des centres de décision.

CRITIQUES

Devançant les critiques, Fosun a insisté sur son attachement aux racines françaises du Club, dont le siège social resterait à Paris, le management confirmé dans ses fonctions et la cotation de la société maintenue à la Bourse de Paris.

Le conseil juge donc le projet "de nature à garantir l'identité du Club, la pérennité de son activité, le maintien d'un actionnariat stabilisé et de sa politique en matière d'emplois".

Fustigeant la publication par la presse des courriers reçus de Global Resorts (véhicule d'Andrea Bonomi) "de nature à "affecter négativement l'image du Club", il souligne également que la durée des offres successives, engagées depuis mai 2013, "complique la conduite des activités du Club".

Après avoir demandé des données financières actualisées auxquelles il n'aurait pas eu accès, Andrea Bonomi a estimé, dans une lettre datée du 3 octobre, que les termes du financement de Gallion II pouvaient "accentuer la pression sur le Club Méditerranée avec le risque identifié par les salariés de rationalisation de l'activité, ce qui comporterait des conséquences sociales négatives pour les salariés du siège et des villages".

Le financier y a également réitéré ses critiques envers une stratégie de développement "sans aucun engagement envers le marché français ou européen", lui qui assure vouloir préserver "la France et l'Europe comme un actif essentiel du Club".

Le marché parie quant à lui sur une poursuite de la bataille et une nouvelle surenchère, le titre Club Méditerranée s'échangeant, depuis la dernière offre de Fosun, nettement au-dessus des 22 euros proposés.

Au 30 septembre, le hedge fund Boussard et Gavaudan était d'ailleurs monté à 4,8% du capital du Club. Fosun en contrôlait 18,3% et Strategic Holdings, le fonds d'Andrea Bonomi, 9,90%.

La valeur a clôturé lundi à 22,45 euros, signant une hausse de 29,31% depuis le début de l'année.

Le projet d'OPA a été déposé lundi auprès de l'Autorité des marchés financiers (AMF) qui a désormais au moins cinq jours pour publier sa déclaration de conformité et, dans la foulée, le nouveau calendrier.

(Edité par Matthieu Protard)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant