Le Conseil constitutionnel se prononcera sur les parrainages

le
5
LE CONSEIL D?ÉTAT RENVOIE AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL LA QUESTION SUR LES PARRAINAGES
LE CONSEIL D?ÉTAT RENVOIE AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL LA QUESTION SUR LES PARRAINAGES

PARIS (Reuters) - Le Conseil constitutionnel se prononcera avant le 22 février sur la conformité à la Constitution française du système des parrainages pour se présenter à l'élection présidentielle, une demande de la candidate du Front national, Marine Le Pen.

Les "Sages" statueront donc avant l'examen en conseil des ministres du décret de convocation des électeurs qui ouvre le début de la période de recueil des "parrainages", peut-on lire dans un communiqué du Conseil constitutionnel.

Le Premier ministre, François Fillon, a estimé que Marine Le Pen bluffait et qu'elle obtiendrait ses signatures, comme le FN les a toujours obtenues.

"Elle aura ses parrainages. Je pense que c'est du bluff. Que ce soit difficile, ça n'est pas étonnant", a-t-il dit sur France 2 en soulignant que les maires étaient confrontés à "la question de la cohésion".

"Ce serait un drôle de progrès de la démocratie que de rendre anonymes les parrainages", a ajouté François Fillon en plaidant pour la transparence.

Marine Le Pen a salué une "victoire pour la démocratie" et a dit attendre du Conseil constitutionnel qu'il invalide un "système en bout de course".

"Je sais que le conseil constitutionnel est une instance politisée mais je sais aussi que quand il s'agit de la démocratie dans notre pays, il y a des gens qui sont capables de l'impartialité nécessaire pour que l'intérêt commun l'emporte", a-t-elle dit lors de la présentation à Paris de son comité de soutien.

"Le Conseil d'Etat admet clairement que l'analyse que nous lui avons soumise est justifiée, qu'il y a donc bien des pressions qui sont exercées sur les maires", a-t-elle ajouté.

L'audience publique du Conseil constitutionnel se tiendra le 16 février. Le Conseil d'État a renvoyé jeudi au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée par Marine Le Pen, estimant qu'elle remplissait les conditions juridiques requises.

La présidente du FN dénonce ce dispositif destiné à éliminer les candidatures fantaisistes, qui prévoit la publication au Journal officiel des 500 signatures d'élus minimum pour se présenter au premier tour de l'élection.

Si les "Sages" déclarent que la disposition est contraire à la Constitution, elle disparaîtra de l'ordre juridique français.

Le Conseil d'État fonde sa décision sur "les changements ayant affecté la vie politique et l'organisation institutionnelle du pays" depuis 1976, date à laquelle l'exigence de publicité des parrainages est entrée en vigueur.

La présidente du FN avait déposé fin décembre un recours devant le Conseil d'État contre ce système.

Elle estime que des pressions sont exercées sur les élus qui voudraient la parrainer et réclame l'anonymat, une demande rejetée par le Premier ministre, François Fillon, en novembre.

Marine Le Pen a déclaré jeudi disposer de 350 promesses de signatures, sur les 500 requises.

Service France

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6486201 le vendredi 3 fév 2012 à 11:21

    Sans les parrainages n'importe quel clown pourrait se présenter et polluerait la campagne

  • M3101717 le vendredi 3 fév 2012 à 08:24

    C'est le seul moyen pour la Démocratie de se protéger contre la peste brune. C'est déjà trop peu. Le fascisme, on a essayé, ça n'a pas très bien fonctionné !!

  • 2445joye le jeudi 2 fév 2012 à 14:55

    L'élection du Président au suffrage universel ? Oui mais après que des notables locaux agissant en fonction de considérations locales aient exercé une présélection des candidats. Ce système est insensé.

  • chatnour le jeudi 2 fév 2012 à 14:34

    Non, elle sera annulée, ça me semble presque certain et si vous lisez la même chose que moi, elle le sera en temps utile. Et je ne serais pas loin de parier qu'elle sera favorable à MLP, mais pas qu'à elle. ça me semble plus que vraisemblable.

  • georg199 le jeudi 2 fév 2012 à 11:56

    ça me fait pensr à l'avortement dans l'ancienne URSS : c'était légal et gratuit mais le délai était de 3 ans...ça risque d'êtrela même chose avec le Conseil Constitutionnel