Le conflit se durcit, Sarkozy reste confiant

le
0
En dépit d'une forte mobilisation contre la réforme des retraites, le chef de l'État et le gouvernement estiment que l'étau se desserre.

L'Élysée sent la victoire possible, mais n'ose encore y croire. Une excitation mesurée perce, au détour des phrases. Un optimisme encore voilé, tant le combat pour la mise en œuvre des retraites soulève à droite superstition et inquiétude: même si l'opposition n'arrive toujours pas à opposer de contre-projet crédible, on sait, de l'Élysée à Matignon, que la gauche a toujours été protégée par le talisman de «la rue». On pointe le fait que le baroud d'honneur des ultras de la résistance est à la peine. Cela ne garantit rien contre les risques de dérapage, comme le jet de flash-ball qui a abîmé l'œil d'un lycéen. Ces risques imposent, selon le vocabulaire de circonstance, «vigilance», «attention», «écoute», «prudence». Mais, chaque jour qui passe, le gouvernement et l'Élysée tentent se desserrer l'étau.

Depuis le début de la réforme des retraites, Nicolas Sarkozy et François Fillon se retrouvent tous les jours en fin de journée, avec les ministre

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant