Le conflit en Syrie commence à déborder sur le Liban

le
0
A Tripoli, au nord de Beyrouth, des affrontements entre pro et anti-syriens ont fait trois morts et une vingtaine de blessés la semaine dernière, réveillant le spectre de la guerre civile.

Le conflit syrien est-il en train de s'exporter chez son voisin libanais? «La peur est latente et les gens sont inquiets», concède Fawaz Sankari, le rédacteur en chef d'al-Tamadon, un hebdomadaire de Tripoli. Dans cette grande ville située au nord de Beyrouth, les affrontements qui ont opposé, les 10 et 11 février, des Libanais pro et anti-syriens ont fait ressurgir le spectre de la guerre civile. Le bilan s'élève à trois morts et une vingtaine de blessés. Si le calme est aujourd'hui revenu, la tension y est encore palpable. «Un climat de méfiance s'est emparé de la population», raconte Baha, 41 ans, contactée par téléphone. Cette mère de famille appartient à la majorité sunnite de Tripoli, qui ne cache pas son soutien à la révolution syrienne, et son dédain envers la minorité alaouite pro-Damas, et considérée comme une alliée du mouvement chiite libanais Hezbollah.

Depuis le début du soulèvement syrien contre Bachar el-Assad en mars dernier, Tripoli vit a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant