«Le conducteur n'est pas exonéré de sa responsabilité»

le
0
INTERVIEW - Fin février, Jean-Luc Névache, délégué interministériel à la sécurité routière, soumettra au gouvernement des propositions sur le Lavia, système qui limite automatiquement la vitesse du véhicule.

LE FIGARO. - Où en êtes vous de votre réflexion sur le Lavia?

Jean-Luc NÉVACHE. - Déjà, donnons une juste définition de ce système. Ce dernier consiste à faire le lien entre deux outils qui existent déjà: le limitateur ou le régulateur de vitesse d'un côté et un système de géolocalisation indiquant la vitesse autorisée de l'autre. À ce stade, on ne sait pas si on optera pour un limitateur ou un régulateur. De même, on ignore encore si ce dispositif sera facultatif, obligatoire ou réservé à des catégories ciblées d'automobilistes. Enfin, il faudra trancher pour savoir si le fonctionnement du Lavia, installé dans une voiture, pourra être désactivé ou momentanément suspendu. Nous étudions, aujourd'hui, toutes ces options.

Pourquoi hésiter à propos du régulateur, la meilleure solution semble-t-il?

Avec un régulateur, la voiture s'adapte automatiquement à la vitesse exigée. Mais nous devons nous assurer que ce confort ne favorise pas l'hypovigilance sur la

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant