Le concours de la Résistance pâtit de ces atermoiements

le
0
La baisse d'intérêt serait provoquée par la place moins importante accordé à l'enseignement de la Seconde Guerre mondiale et à l'arrivée d'une générations d'élèves et de professeurs moins sensibilisée à cette période.

Jusqu'alors très populaire, le concours national de la Résistance et de la déportation attire de moins en moins les élèves et leur professeur d'histoire. Lors de sa création en 1961 par le ministre de l'Éducation Lucien Paye, l'idée était de perpétuer la mémoire et l'histoire de cette période afin de permettre aux jeunes générations de s'en inspirer et d'en tirer des leçons civiques.

Les premiers prix «gagnent» des ouvrages d'histoire sur la période de la Seconde Guerre mondiale, des visites sur des lieux mémoriels, comme Oradour-sur-Glane. Grâce aux collectivités locales, certains partent jusqu'en Allemagne, Autriche ou Pologne découvrir les camps de concentration et les centres d'extermination nazis.

Élèves de troisième et lycéens s...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant