Le conclave se poursuit au Vatican

le
2
FUMEE NOIRE AU VATICAN APRÈS LE PREMIER TOUR DE SCRUTIN
FUMEE NOIRE AU VATICAN APRÈS LE PREMIER TOUR DE SCRUTIN

par Barry Moody

CITE DU VATICAN (Reuters) - Le premier tour de scrutin n'ayant pas permis de désigner un nouveau pape mardi, les 115 cardinaux ont repris ce mercredi le chemin de la chapelle Sixtine où ils pourraient voter jusqu'à quatre fois dans la journée pour tenter de désigner le successeur de Benoît XVI.

Après une messe dite à la chapelle Pauline, ils ont rejoint la chapelle Sixtine pour prier puis procéder à de nouveaux tours de scrutin.

Ce mercredi, quatre tours de scrutin pourront avoir lieu pour tenter d'élire le 266e pape -deux le matin, deux autres l'après-midi. Certains cardinaux estimaient cette semaine qu'il faudrait sans doute quatre ou cinq jours pour trouver un successeur à Benoît XVI.

Mardi soir, au premier jour du conclave, une fumée noire s'est échappée de la cheminée de la chapelle vaticane deux heures environ après la fermeture des portes du conclave.

Aucun conclave, dans l'histoire contemporaine, n'a élu le pape dès le premier tour de scrutin.

Mais dans le secret de la chapelle Sixtine, ce premier tour de scrutin a peut-être permis à une personnalité de se détacher. Il aura aussi fixé les premières tendances sur lesquelles vont se focaliser les discussions entre prélats.

Les "princes de l'Eglise", tous âgés de moins de 80 ans, resteront cloîtrés dans la cité sainte jusqu'à ce qu'ils s'accordent sur le nom d'un successeur à Benoît XVI, qui a renoncé à sa charge le 28 février, à l'âge de 85 ans.

Ils sont tenus au secret et ne peuvent sortir de l'édifice décoré des fresques de Michel-Ange que pour se restaurer et dormir à la maison Sainte-Marthe voisine.

La désignation d'un souverain pontife est annoncée par une fumée blanche. Mardi soir, des milliers de fidèles s'étaient réunis place Saint-Pierre pour attendre la toute première fumée.

LE POIDS DE LA CURIE

Selon les observateurs, l'Italien Angelo Scola, archevêque de Milan, et le Brésilien Odilo Scherer, archevêque de Sao Paulo, font figure de favoris.

Si Angelo Scola est élu, l'Eglise aura un pape italien pour la première fois depuis 35 ans. Si le second l'emporte, les catholiques romains seront dirigés par un non-Européen pour la première fois en 1.300 ans, depuis Grégoire III, né sur le territoire de l'actuelle Syrie.

Mais d'autres cardinaux font figure de "papabile", comme les Nord-Américains Timothy Dolan, archevêque de New York, Sean O'Malley, archevêque de Boston, et Marc Ouellet, le préfet québécois de la Congrégation pour les évêques.

Le nom de l'Argentin Leonardo Sandri, né à Buenos Aires de parents italiens, est également revenu dans les pronostics d'avant-conclave.

A l'heure du "VatiLeaks", la cité pontificale a pris toutes les précautions pour qu'aucune fuite ne vienne troubler l'ordre du conclave. Des équipements de brouillage des télécommunications ont notamment été installés.

Le successeur de Benoît XVI prendra la charge d'une Eglise catholique et de ses 1,2 milliard de fidèles dans une époque troublée, marquée par des affaires de pédophilie touchant des membres du clergé, des scandales et des accusations de corruption et de lutte d'influence au sein de la Curie romaine, qui assiste le chef de l'Eglise catholique.

Le monde catholique, particulièrement en Europe, est également traversé par des lignes de fracture sur des questions de société, comme la place à accorder aux femmes ou le droit au mariage homosexuel.

A 71 ans, Mgr Scola, qui n'a jamais siégé à la Curie romaine, pourrait être bien placé si les cardinaux électeurs décident de nommer un pape qui s'attellerait à la refonte de la bureaucratie du Vatican.

Mgr Scherer, 63 ans, est considéré lui comme le candidat favori de la Curie. Il présente en outre l'avantage d'être un "non-Européen".

Avec Catherine Hornby, Crispian Balmer et Tim Heneghan; Tangi Salaün et Henri-Pierre André pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le mercredi 13 mar 2013 à 11:42

    Bien d'accord cavalair. D'autant, que je sache, que Pierre n'était pas européen.

  • cavalair le mercredi 13 mar 2013 à 11:14

    Mgr Scherer, 63 ans, est considéré lui comme le candidat favori de la Curie. Il présente en outre l'avantage d'être un "non-Européen". Quelle honte d'ecrite cela, c'est de la discrimination raciale. Immaginez un journaliste ecrivant,,,,Il presente l'avantage de ne pas etre juif ou noir....il serait immediaatement poursuivi pour racisme