Le complexe United demeure pour Arsenal.

le
0
Le complexe United demeure pour Arsenal.
Le complexe United demeure pour Arsenal.

Même avec un onze qui sentait le bricolage, Manchester United n'a eu besoin que de l'écussion sur son maillot pour foutre la trouille à un Arsenal toujours aussi complexé.
Arsenal - Man. Utd
(1-2)

O. Giroud (95') pour Arsenal , K. Gibbs (56' csc), W. Rooney (85') pour Manchester United.


Avant de s'en prendre aux consultants français, Patrice Evra avait déjà donné dans la punchline efficace pour parler des oppositions entre Manchester United et Arsenal. En 2009, il avait parlé de "11 hommes contre 11 enfants ". Des années ont passé, le Français n'est plus là, mais la formule reste. Alors qu'Arsenal avait le pain et le couteau pour recoller au quatrième du championnat, c'est un United totalement patraque qui se rapproche du strapontin en empochant trois points. Les fans d'Arsenal ne peuvent même pas se dire que ce nouveau camouflet incitera les dirigeants à recruter Cech, Hummels ou Khedira : le problème de cette équipe est avant-tout mental.
Wilshere perd ses nerfs
Parce qu'en face, il n'y avait rien d'insurmontable. Van Gaal a ressorti son 3-4-3 de la sélection batave au Mondial. Il y a déjà Van Persie, alors il propose à Rooney de prendre le rôle de Sneijder et à Di Maria celui de Robben. Joli Casting. Le problème, c'est que pour compléter le onze, il doit faire avec Carrick, Fellaini, Smalling, Blackett, McNair et Ashley Young, puisque Luke Shaw se blesse rapidement. Arsenal est donc favori avec son armada offensive composée de Wilshere, Ramsey, Oxlade, Welbeck et Alexis Sanchez. Mais les Gunners frappent direct, crispés, sans être vraiment inquiétants. Tout nouveau, Sanchez enchaîne les pressings de fou aux quatre coins du terrain. Sur un assaut sur De Gea, il permet à son équipe de récupérer la balle rapidement. Welbeck lance Wilshere qui se foire en tirant sur le goal à bout portant alors que le buteur chilien était juste à côté. Comme un symbole, le meneur de jeu anglais tombe trop facilement pour obtenir un péno, puis s'accroche avec Fellaini, manquant d'être expulsé. En attendant, Arsenal s'éteint au bout d'une demi-heure et Manchester est à deux doigts d'en profiter de loin avec la patte de Di Maria.









Arsenal - Man. Utd
(1-2)

O. Giroud (95') pour Arsenal , K. Gibbs (56' csc), W. Rooney (85') pour Manchester United.


Avant de s'en prendre aux consultants français, Patrice Evra avait déjà donné dans la punchline efficace pour parler des oppositions entre Manchester United et Arsenal. En 2009, il avait parlé de "11 hommes contre 11 enfants ". Des années ont passé, le Français n'est plus là, mais la formule reste. Alors qu'Arsenal avait le pain et le couteau pour recoller au quatrième du championnat, c'est un United totalement patraque qui se rapproche du strapontin en empochant trois points. Les fans d'Arsenal ne peuvent même pas se dire que ce nouveau camouflet incitera les dirigeants à recruter Cech, Hummels ou Khedira : le problème de cette équipe est avant-tout mental.
Wilshere perd ses nerfs
Parce qu'en face, il n'y avait rien d'insurmontable. Van Gaal a ressorti son 3-4-3 de la sélection batave au Mondial. Il y a déjà Van Persie, alors il propose à Rooney de prendre le rôle de Sneijder et à Di Maria celui de Robben. Joli Casting. Le problème, c'est que pour compléter le onze, il doit faire avec Carrick, Fellaini, Smalling, Blackett, McNair et Ashley Young, puisque Luke Shaw se blesse rapidement. Arsenal est donc favori avec son armada offensive composée de Wilshere, Ramsey, Oxlade, Welbeck et Alexis Sanchez. Mais les Gunners frappent direct, crispés, sans être vraiment inquiétants. Tout nouveau, Sanchez enchaîne les pressings de fou aux quatre coins du terrain. Sur un assaut sur De Gea, il permet à son équipe de récupérer la balle rapidement. Welbeck lance Wilshere qui se foire en tirant sur le goal à bout portant alors que le buteur chilien était juste à côté. Comme un symbole, le meneur de jeu anglais tombe trop facilement pour obtenir un péno, puis s'accroche avec Fellaini, manquant d'être expulsé. En attendant, Arsenal s'éteint au bout d'une demi-heure et Manchester est à deux doigts d'en profiter de loin avec la patte de Di Maria.








...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant