Le compas dans le ventre

le
0

Grec, Mc Do, pizza toutes les bonnes choses (ou pas) ont une fin pour les jeunes footballeurs de haut niveau en vacances. Bientôt de retour dans leurs centres, ils seront confrontés entre pinces à plis et pourcentages à trois lettres : IMC.

Au début de l'été, l'image a fait le tour du web. Nous sommes le samedi 11 juillet, Divonne-les-Bains, ville thermale de l'Ain frontalière avec la Suisse, accueille la rencontre amicale entre le FC Lausanne-Sport et l'OGC Nice - qui termine là son stage de pré-saison. Les Aiglons s'imposent facilement (4-1), mais au-delà d'une passe décisive délivrée à Alassane Pléa, les débuts d'Hatem Ben Arfa avec le maillot niçois sont remarqués par une photo prise de profil : Hatem avec un gros ventre ! Pas de panique, l'OGC Nice dégaine l'explication dans la foulée. La brioche du milieu de terrain n'est qu'illusion. Même si la nouvelle recrue pèse alors 79kg du haut de son mètre 78, notre homme porte ce jour-là une ceinture GPS sous son maillot, d'où la forme arrondie au niveau de l'estomac. Ouf. S'il est vrai que HBA n'a pas toujours été aussi fin dans son corps que dans ses dribbles chaloupés - en août 2014, le Français mangeait une amende salée d'environ 10 000 euros infligée par Newcastle pour un surpoids de 1,5kg -, impossible à l'heure où " le football se joue sur des détails " et du suivi de santé permanent - Indice de masse corporelle (IMC), masse graisseuse -, de retrouver des vrais " gros " sur le pré.

Monsieur Dusseau, sensibilisation et petits plats de maman


L'hygiène de vie propre aux sportifs de haut niveau, Hatem Ben Arfa s'y tient depuis qu'il a douze ans, lorsqu'il intègre, surclassé, la promotion 86 de l'INF Clairefontaine - liée à la fameuse série documentaire À la Clairefontaine - sous la coupe de Monsieur Dusseau. " Il y avait un suivi régulier de l'IMC bien sûr. On travaillait aussi avec une diététicienne. Le but, c'est que les jeunes adoptent cette vie différente, mais au quotidien cela passait par des conseils à petites doses plutôt que des obligations ", explique Claude Dusseau qui a travaillé près de vingt ans à l'INF avec des jeunes pépites. Monsieur Dusseau insiste : " Ce n'est que de la sensibilisation. Sinon cela pourrait être contre-productif Et puis, on ne va pas les empêcher de déguster les petits plats de maman le week-end, qui en général, ne…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant