Le commissariat de Berck évacué à cause d'odeurs pestilentielles

le
0

Des émanations non identifiées dérangent fortement les policiers, au point de provoquer des malaises et des arrêts maladies.

Gorge qui gratte, yeux qui piquent, nez qui coule, maux de ventre. Cela fait trois semaines que la soixantaine de policiers du commissariat de Berck, dans le Pas-de-Calais, respire sans comprendre de l'air nauséabond. L'odeur est telle dans les locaux que les policiers ne peuvent plus y travailler. Trois d'entre eux ont été placés en arrêt maladie et d'autres ont été victimes de malaises.

Malgré une batterie de tests et des visites quasi quotidiennes, les pompiers n'ont pas réussi à identifier l'origine des odeurs. Une vidange des égouts, mardi matin, n'a rien donné non plus. «On est tous, tous intoxiqués. On a l'exemple d'un collègue qui est arrivé seulement hier matin. Hier soir, il est rentré chez lui avec une barre dans la poitrine, il n'arrive plus à respirer, c'est vraiment qu'il y a quelque chose», a déclaré Fabrice Kazmier...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant