Le Commerce extérieur au centre des convoitises

le
2
LE MINISTÈRE DU COMMERCE EXTÉRIEUR AU CENTRE DE CONVOITISES
LE MINISTÈRE DU COMMERCE EXTÉRIEUR AU CENTRE DE CONVOITISES

par Gregory Blachier

PARIS (Reuters) - Le portefeuille du Commerce extérieur provoque un premier accroc au sein du nouveau gouvernement, où les ministères de l'Economie et des Affaires étrangères se disputent sa tutelle au moment où la France veut doper son attractivité à l'international.

François Hollande souhaite le confier au ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui a fait de la diplomatie économique un pilier de son action et a vu le "Développement international" s'ajouter au nom de son ministère.

La décision semblait arrêtée mercredi et était confirmée de sources gouvernementales, l'une d'elle affirmant que le poste avait été promis par le chef de l'Etat à Fleur Pellerin, ministre sortante à l'Economie numérique.

Mais le ministère de l'Economie, où Arnaud Montebourg a pris la suite de Pierre Moscovici, tient à cette mission stratégique à l'heure où la France, dont le déficit commercial s'est établi à 61,2 milliards d'euros l'an dernier, veut séduire l'étranger.

Dans l'entourage du Premier ministre, on expliquait jeudi que la question serait tranchée d'ici la nomination la semaine prochaine de la dizaine de secrétaires d'Etat qui complèteront l'équipe gouvernementale.

"Hier c'était fait, maintenant je ne suis pas si sûr", a dit à Reuters une autre source gouvernementale.

"Mais le nom du ministère a changé, ce n'est pas pour rien", a ajouté cette source, déplorant l'incapacité des uns et des autres "à se mettre d'accord sur quelque chose d'aussi facile".

"PAS DE DIPLOMATIE ÉCONOMIQUE SANS BERCY"

Les déclarations du nouveau porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, paraissent confirmer l'orientation du chef de l'Etat, jeudi. "La seule chose que je sais c'est que le commerce extérieur (...) c'est du domaine de l'international", a-t-il dit sur Europe 1.

Mais la prudence de l'entourage de Manuel Valls et surtout l'irritation manifeste d'Arnaud Montebourg au moment d'aborder le sujet ont accrédité dans jeudi après-midi la thèse d'une passe d'armes encore pas réglée.

Interrogé jeudi lors de la passation de pouvoirs avec son prédécesseur Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie a renvoyé vers le Premier ministre. "C'est à Matignon tout ça. Ce n'est pas fait, c'est en train de se faire", a-t-il dit. "Ce n'est pas moi qui fais le gouvernement. Pas de déclaration."

Quelques minutes auparavant, Pierre Moscovici avait plaidé la cause de Bercy, qu'il quitte avec la perspective d'être le candidat de la France à un poste de commissaire européen après les élections de mai.

"Bercy a été un acteur de la diplomatie économique et il n'y a pas de diplomatie économique sans Bercy", a souligné le ministre sortant, citant notamment le partenariat entre PSA Peugeot Citroën et le chinois Dongfeng.

"Il y a une voix de la France qui s'exprime", a encore insisté Pierre Moscovici. "Quand je pense à la création d'un dialogue de haut niveau avec la Chine, je sais que Bercy est indispensable à une politique économique internationale."

Cet accroc dans le gouvernement "de professionnels" et "de combat" voulu par François Hollande et Manuel Valls fait le sel de l'opposition, mais inquiète des associations humanitaires, soucieuses de voir l'économie prendre le pas sur tout autre forme de diplomatie si le Commerce extérieur va au Quai d'Orsay.

"Il viendrait confirmer la montée en puissance de la 'diplomatie économique' dans le mandat politique que se donne la France à l'international", soulignent quatre organisations dont Action contre la Faim, dans une tribune adressée à Reuters.

"Le message lancé aujourd'hui par le nouveau gouvernement paraît clair : le rayonnement économique de la France à l'international est la priorité", ajoutent-elles, redoutant que "la diplomatie des droits de l'homme" et du développement en soit la victime.

(avec John Irish, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mark92 le jeudi 3 avr 2014 à 18:03

    Ben ça commence. Gouvernement resserré qu'il avait annoncé le petit manu.. naturalisé en France... Ben toujours 16 ministres dont les pires. Chaises musicales. Pourquoi changer un gouvernement qui perd toutes ses promessess ?? De toutes manières ils seront plus la en 2017.. peut être avant....

  • M940878 le jeudi 3 avr 2014 à 17:45

    leur unique but c'est leur carrière personnelle le reste ils s'en foutent