Le commerce extérieur allemand à la peine avec les émergents

le
0

BERLIN, 8 octobre (Reuters) - Les exportations allemandes ont connu en août leur plus forte contraction depuis le paroxysme de la crise financière mondiale début 2009, ce qui, conjugué à la baisse marquée des importations, témoigne de l'impact du ralentissement des pays émergents sur la première économie européenne. Selon les données corrigées des variations saisonnières publiées jeudi par l'Office fédéral de la statistique, les exportations ont diminué de 5,2% sur un mois en août, à 97,7 milliards d'euros, soit la plus forte baisse par son montant depuis janvier 2009. Les importations ont pour leur part reculé de 3,1% à 78,2 milliards d'euros, leur recul le plus prononcé depuis novembre 2012. L'excédent commercial s'est réduit à 19,6 milliards d'euros, après 22,4 milliards en juillet. Les économistes soulignent que la performance du mois d'août a probablement pâti d'un effet défavorable lié au calendrier des vacances cette année en Allemagne. Après la baisse marquée des commandes à l'industrie et de la production industrielle au cours du même mois, ces statistiques du commerce extérieur semblent toutefois indiquer que la faiblesse de la demande en provenance des pays émergents, en particulier de la Chine, commence à peser sur l'activité en Allemagne. "C'est une forte baisse, de celles qu'on ne voit pas tous les jours", a commenté Holger Sandte, économiste en chef de Nordea. "La faiblesse de la Chine, du Brésil, de la Russie et d'autres marchés se fait ressentir." Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à un recul moins marqué des exportations comme des importations, de 1,2%, et à un excédent commercial de 22,5 milliards d'euros. L'économie allemande reste sur quatre trimestres consécutifs de croissance après une légère contraction observée au deuxième trimestre 2014. Le produit intérieur brut (PIB) de la première économie européenne a progressé de 0,4% sur la période avril-juin cette année. Les nuages semblent toutefois s'amonceler. Outre le ralentissement des émergents, qui constitue en soi un frein à l'activité mondiale, l'Allemagne est confrontée au scandale des émissions polluantes de Volkswagen VOWG_p.DE , fleuron de son industrie automobile, laquelle a représenté 17,9% de ses exportations de biens l'an dernier, selon les données de Deutsche Bank. (Noah Barkin, Caroline Copley et Tina Bellon; Bertrand Boucey pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant