Le commandant du Concordia sur la défensive

le
0
À la barre, les experts commis par le tribunal démontent un à un les principaux éléments de la défense de Francesco Schettino.

Dès le début de la reconstruction judiciaire du naufrage du Concordia qui s'est ouverte jeudi devant le tribunal pénal de Grosseto en Toscane, le commandant de bord, Francesco Schettino, s'est trouvé en difficulté. Dans cette phase judiciaire qui se déroule à huis clos, les experts commis par le tribunal démontent un à un les principaux éléments de sa défense.

Depuis des mois, il soutient qu'il a «fait tout son possible pour sauver des vies» après la collision avec un rocher en virant de bord pour consentir au paquebot de s'échouer à proximité de la côte. Pour les experts en revanche, «tout donne à penser que le commandant voulait s'éloigner de la côte».

Autre contre-vérité démentie par l'analyse des instruments de bord: «Trois minutes après l'impact, à 21 h 49, le commandant savait que le local des machines était inondé». Et pourtant il lui faudra attendre 47 minutes, à 22h32, pour déclarer par téléphone à la capitainerie du port de Livourne,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant