Le Comité d'éthique contre le suicide assisté

le
0
Dans un avis rendu ce lundi, le Comité accepte dans certains cas la sédation profonde terminale, mais refuse d'aller jusqu'à la légalisation de l'euthanasie. Il appelle à l'ouverture d'un débat public. » Soins palliatifs : «On nous appelle souvent trop tard»

Saisi par François Hollande dans le cadre de la préparation du projet de loi sur la fin de vie, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) recommande de passer à «une nouvelle étape» afin de garantir la prise en compte de l'avis des malades. Dans un avis rendu public ce lundi, ses membres préconisent des évolutions de la législation qu'ils qualifient de «majeures» et qui sont, selon eux, de nature à répondre à l'immense majorité des situations.

Le Comité écarte cependant l'assistance au suicide - qui consiste à fournir des médicaments létaux à un individu désireux de mettre fin à ses jours - comme l'euthanasie. Il recommande de ne pas modifier la loi actuelle qui «opère une distinction essent...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant