Le combat d'un malade pour faire reconnaître son préjudice

le
0
Jean-Charles Theillac, qui a eu toute les peines du monde à constituer son dossier, attend maintenant la proposition d'indemnisation de l'Oniam

Il lui a fallu six mois pour réunir les pièces de son épais dossier médical: retrouver des dizaines d'ordonnances, certaines datant des années 1980, des attestations de médecins traitants et les bilans de ses deux interventions chirurgicales. Puis, Jean-Charles Theillac, 67 ans, a attendu pendant près d'un an l'instruction de son dossier. En juillet, cet ancien commercial a enfin reçu la réponse de l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (Oniam). Positive. Dans ce cas exemplaire, les experts médicaux ont reconnu un lien de causalité entre la consommation de Mediator, pendant plus de trente ans, et une double valvulopathie diagnostiquée en 2007.

Mais le combat est loin d'être terminé. Dans son rapport, l'Oniam évalue en effet à 12 % le «déficit fonctionnel» causé par cette maladie. «Insuffisant», gronde le retraité. Les experts ont exclu du préjudice ses fibrillations auriculaires, des battements cardiaques intempestifs et désordonnés, qui lu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant