Le coffre-fort électronique : comment ça marche ?

le
2

Le coffre-fort numérique est une solution proposée par des banques, assureurs ou par des sociétés indépendantes. Il permet de conserver des documents importants, en toute sécurité.

Coffre-fort numérique : le principe

Avec le développement d'internet, de plus en plus de solutions ont été mises au point en ligne pour faciliter la vie des particuliers et des entreprises. Le coffre-fort numérique, aussi appelé électronique, est l'un de ces services. Il consiste à stocker des données ou documents importants pour un client : feuilles de salaire, factures, avis d'imposition, feuilles de remboursement de santé ... etc. Le coffre-fort numérique est proposé par des banques, des compagnies d'assurances ou encore des entreprises indépendantes spécialisées dans le stockage numérique.

Le fonctionnement

Concrètement, il suffit de souscrire à ce service auprès de sa banque ou de la société de son choix. Le plus souvent, il est nécessaire de télécharger des documents préalablement scannés. Ils sont alors envoyés par mail, par l'utilisateur. Les dossiers sont ensuite classés par catégorie dans le coffre-fort, selon ses préférences. Il est possible d'accéder à ses données partout, simplement en se connectant au moyen de ses identifiants.

Quel coût ?

Le coffre-fort numérique est un service, il est généralement facturé par les banques. Le prix est variable : entre deux et dix euros environ, par mois. La différence dépend de l'espace de stockage. Un espace réduit d'un gigaoctet peut être proposé gratuitement.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • flebedel le jeudi 12 jan 2012 à 12:16

    Un peu léger, comme article!!! En effet, il faut INVESTIR sur son contrat d'assurance-vie avec UN (ou plusieurs) OBJECTIFS. A ce titre, pour parler des versements, 2 élements doivent être ajoutés: l'indexation des versements (si réguliers) pour compenser l'inflation, et l'allocation des actifs financiers du contrat (et des versements), avec les dispositifs de gestions qui s'y greffent (convention, mandat, automates d'arbitrage...)

  • ccondem1 le dimanche 1 jan 2012 à 10:44

    Encore un article qui ne sert à rien ! Car pour répondre vraiment à la question, il aurait suffit de fixer un objectif final de capital et de "remonter" le temps selon plusieurs hypothèses de montants de versements et de rendement de capitalisation. Le pendant d'un tableau d'amortissement d'un crédit. Bref, dresser un tableau de marche de son épargne, cette grande inconnue des journalistes et de la plupart des conseillers financiers...