Le club s'est mis en quête d'un stade de repli

le
0
Face au loyer exorbitant demandé par la Mairie de Marseille pour pouvoir jouer au stade Vélodrome, l'OM s'est mis en quête d'un stade de repli. Et refuse catégoriquement d'augmenter le prix des places pour régler la note.

Le ton monte entre l'Olympique de Marseille et la mairie de la ville. Face au loyer exorbitant (380 000¤ par match, soit 8M¤ par an) demandé pour pouvoir jouer au stade Vélodrome, le club olympien a décidé de frapper fort. Le choix d'un stade de repli est plus qu'une option pour la direction du club phocéen. « Nous n'avons pas les moyens de jouer au Vélodrome à ce tarif-là, a confirmé Philippe Pérez, le Directeur Général du club, sur le site officiel de l'OM. C'est une réalité économique incontournable. J'ai bien noté que des avis divergents émanant « d'experts improvisés» soutiennent le contraire. Mais ils n'ont aucune valeur à nos yeux. En matière de gestion et d'équilibre financier, nous n'avons pas de leçons à recevoir de ces messieurs. J'ai lu qu'un élu municipal nous conseillait d'augmenter le prix de nos places en virage pour nous aider à régler la note. Nous ne le ferons pas. Le stade Vélodrome doit offrir un spectacle populaire accessible à l'ensemble de la population marseillaise. »

Un protocole avec l'association OM

Le choix est radical, quitte à se mettre à dos l'association OM dirigée par Jean-Pierre Foucault avec qui un protocole a été signé pour que les matchs se jouent absolument au Vélodrome. « Ce protocole a été signé dans le cadre d'une relation paisible et rationnelle avec la municipalité, explique Philippe Pérez. Mais il ne peut en aucun cas être un obstacle à la survie économique de notre club. Que la mairie demande 10 millions de loyer par an (car c'est ce qu'elle réclame aujourd'hui si l'on ajoute les 13% qu'elle entend ponctionner sur les recettes aux guichets) ou 50 millions si l'envie lui en prenait, nous devrions passer à la caisse sans broncher en vertu de ce protocole ? C'est une plaisanterie ! Vue la situation, nos avocats sont au travail pour lever cet obstacle. » La tension est plus que palpable à l'écoute des réponses du dirigeant marseillais. Pendant que l'OM version Marcelo Bielsa prépare sereinement la saison sportive 2014-15, ce dilemme économique vient perturber la quiétude ambiante.

Le dossier d'un stade de repli a avancé

En l'état actuel des choses, l'OM ne peut pas, économiquement, joué dans son stade, pourtant totalement rénové en vue de l'Euro 2016. Le stade de repli est plus qu'une éventualité. Peu importe ce qu'en disent les observateurs. « Quand  je lis que les problèmes d'intendance et d'organisation seraient insolubles pour nous dans ce cas de figure, je réponds que nous sommes suffisamment professionnels et déterminés pour mener à bien toutes les démarches nécessaires, confirme encore le Directeur Général de l'OM. Nous les avons même entamées depuis plusieurs jours. Et ce dossier a bien avancé. Notre seul regret, et il est énorme, est de nous trouver dans une situation qui nous contraigne à priver les Marseillais d'un spectacle qui s'annonce excitant à l'orée de la nouvelle saison. » Nul doute que les semaines à venir devraient permettre de décanter la situation. On n'imagine pas l'OM ne pas profiter de sa nouvelle enceinte toute rénovée. Décidément, à Marseille, rien ne se passe jamais comme ailleurs. Parfois, cela a un certain charme. Mais là...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant