Le " Club France " se prépare à l'enfer

le
0
Le " Club France " se prépare à l'enfer
Le " Club France " se prépare à l'enfer

Débutée lundi, la préparation de l'équipe de France de rugby est annoncée comme " la plus dure de l'histoire du XV de France ", parole de Philippe Saint-André. 75 jours d'une étape capitale pour dégager la route vers un exploit historique.

Ne l’appelez plus équipe de France mais « Club France ». La nouvelle nomination du groupe de Saint-André fait écho à la préparation infernale qu’il subira jusqu’au début de la compétition le 19 septembre, face à l’Italie à Twickenham. Deux mois de labeur, de travail physique, de musculation, de stages (Marcoussis, Tignes et Falgos), et de rugby (un peu), le tout en configuration club donc. « On se plaint souvent qu’on manque de temps, déclare Benjamin Keyser, le talonneur clermontois. Là, j’ai débarqué en réunion et j’ai été surpris de voir que l’on va rentrer dans le détail. C’est la première fois que l’on va pouvoir présenter un bloc de trois, quatre mois. Et ça rend le tout excitant et positif. »

Aller à la limite

Cher à PSA, ce « team building » est l'occasion de retrouver un niveau de jeu digne de l'élite. Le fossé entre la France, reléguée au septième rang mondial, et les autres grandes nations n’a jamais paru aussi profond. D’où la volonté du staff de frôler la ligne jaune pour compenser. « Les gains arrivent quand on vient titiller ses limites, son maximum, ce niveau de difficulté auquel on est rarement soumis, explique Julien Deloire, le préparateur physique du XV de France, fidèle aux doléances du staff des Bleus. La frontière est très faible avec le surentraînement et la crainte de la blessure. Il faut être pertinent dans la régulation de la charge de travail. Nul doute que la compétition nous révèlera de belles surprises ».

Entraînement à la carte

Une surprise comme celle de 2011 ? « Oui, confirme Pascal Papé. Notre objectif, c’est de faire mieux que la génération précédente, en 2011, tout le monde le sait. Ça veut tout dire. Tous les joueurs en sont conscients. En un jour de boulot, on a vu que c’était très studieux. Les mecs sont là pour agir et ne pas subir. C’est le bon état d’esprit. ». Un entrainement à la carte sera prévu pour chaque profil. Le staff de l’équipe de France veut accentuer la préparation sur le foncier, à « 70% » si l'on suit les estimations du sélectionneur. Les 36 joueurs (sans Plisson) passeront donc sur le gril après un mois de vacances et de barbecues. C’est là que se fera la différence avec les monstres irlandais, anglais, blacks, ou boks.

Une étape importante pour l’équipe

« On voit généralement la différence dans cette compétition. On voit les joueurs frais, prêts physiquement, capable de rivaliser et de battre les meilleurs. Donc oui, c’est une étape importante pour toute l’équipe », affirme Dimitri Szarzewski. Premier aperçu avec la double confrontation face aux Anglais le 15 août, à Twickenham, et le 22 août à Saint-Denis, et face aux Ecossais, le 5 septembre, avant d’entrer définitivement dans le vif du sujet. Les Bleus vont vivre deux mois d'enfer pour rattraper trois ans de retard à l’allumage.

Maxime HABERT

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant