Le climat sera la "grande cause nationale" de 2015, dit Valls

le
2

PARIS, 28 novembre (Reuters) - La lutte contre le dérèglement climatique sera déclarée "grande cause nationale" 2015, année que la France espère voir couronnée par un accord ambitieux lors de la conférence internationale de Paris en décembre, a annoncé vendredi Manuel Valls. "Pour soutenir les initiatives de la société, pour mobiliser tous les acteurs publics, nous avons décidé que la lutte contre le dérèglement climatique serait déclarée grande cause nationale de l'année 2015", a dit le Premier ministre lors de son discours de clôture de la conférence environnementale. François Hollande, qui a fait du succès de la conférence de Paris un enjeu majeur pour la diplomatie française, a réaffirmé la veille devant les associations sa volonté d'arracher un accord "historique" pour freiner le réchauffement climatique. Cette conférence s'annonce sous des auspices plutôt favorables après que les Etats-Unis et la Chine ont annoncé leur intention de mener ensemble un projet de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) et que les Européens sont déjà parvenus à un accord en ce sens en octobre. Pour l'heure, le Premier ministre a profité de son passage à la conférence environnementale pour donner des gages sur l'engagement écologiste de son gouvernement, décrié notamment pour avoir abandonner l'écotaxe poids lourds en raison de la fronde des routiers et des Bretons. Manuel Valls a promis que les régions comme l'Alsace, qui souffrent de l'afflux de camions étranger sur leurs routes, pourraient avoir leur propre dispositif d'écotaxe. Alors que des études mettent en exergue les risques pour la santé que font courir les particules fines émises par les véhicules diesel, le Premier ministre a annoncé des mesures pour réduire la consommation de ce carburant. "Ce moteur diesel longtemps privilégié, cela fut une erreur, il faut progressivement revenir dessus avec intelligence et pragmatisme", a-t-il dit, ajoutant que la fiscalité continuerait d'être revue en faveur de choix plus écologistes. Dans l'entourage du Premier ministre, on explique ainsi que la prime à la conversion des vieux véhicules diesels pourrait être élargie aux véhicules d'occasion. Le gouvernement va aussi mettre en oeuvre un système d'identification des véhicules en fonction de leurs émissions polluantes afin de permettre aux villes de mettre en place des politiques pour exclure des centres villes les voitures les plus dangereuses pour l'environnement. (Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le vendredi 28 nov 2014 à 18:18

    Quand on n'a plus rien pour vivre « convenablement », le climat on s'en fout un max. Encore de l'esbroufe. De plus, allez voir aux pays et leurs centrales au charbon, Allemagne, Chine, Russie...

  • birmon le vendredi 28 nov 2014 à 17:55

    J'aurai préféré que ce soit l'emploi ou la baisse de la fiscalité.