Le climat se tend au Sénat

le
2
Le gouvernement a bloqué une proposition de loi soutenue par la majorité socialiste.

C'est le premier couac entre le Sénat et le gouvernement, depuis la victoire de la gauche le 25 septembre et l'accession à la présidence de la Haute Assemblée du socialiste Jean-Pierre Bel. Dans la nuit de jeudi à vendredi, les socialistes ont retiré de la discussion une proposition de loi visant à rendre obligatoire l'école à 3 ans. Ils l'ont fait contraints et forcés, jugeant leur texte «dénaturé» , le ministre de l'Éducation, Luc Chatel, leur ayant opposé l'article 40 de la Constitution, qui stipule qu'un texte d'origine parlementaire est irrecevable s'il a pour conséquence d'augmenter les dépenses de l'État. Or, avance le ministre, la proposition socialiste avait un coût de 1,3 milliard d'euros pour 700.000 à 750.000 enfants supplémentaires à scolariser.

Dans la nouvelle majorité sénatoriale, on n'a pas du tout apprécié. C'est «un coup de force sans précédent, contraire à la démocratie (...) qui traduit le mépris du gouvernement pour les

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8473457 le dimanche 6 nov 2011 à 12:56

    l'initiative de la gauche est louable, mais elle fait preuve d'un manque évident de réalisme économique à un moment où il est impératif de diminuer les dépenses de l'Etat. Il est urgent que les politiques apprennent à mettre une recette en face d'une dépense, comme le font chaque français dans leur vie de tous les jours. Il est effarant de constater que, malgré les crises économiques, l'énormité du poids de la dette, 48 MDS d'intérêts à rembourser chaque année, les mauvaises habitudes perdurent.

  • M5062559 le samedi 5 nov 2011 à 10:48

    Nous vivons au dessus de nos moyens. commençons par réduire le nombre d'élus politiques.Petite comparaison entre deux démocraties :- Etats-Unis -: 300 millions d'habitants, 100 sénateurs et 435 représentants- France - : 60 millions d'habitants, 350 sénateurs et 577 députés.