Le climat au coeur de la tournée asiatique de François Hollande

le
9
À UN MOIS DE LA COP21, FRANÇOIS HOLLANDE SE REND LUNDI EN CHINE
À UN MOIS DE LA COP21, FRANÇOIS HOLLANDE SE REND LUNDI EN CHINE

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - François Hollande entame lundi une tournée asiatique de trois jours en Chine, acteur central de l'accord espéré à la Conférence sur le climat de décembre à Paris, puis en Corée du Sud, où aucun président français n'est allé depuis 15 ans.

A un mois de la COP21 (30 novembre-11 décembre), l'Elysée prend mille précautions oratoires pour ne pas perturber le dialogue en cours avec Pékin, premier pollueur mondial en pleine prise de conscience "verte" et donc arbitre des négociations.

"La Chine souhaite fonder son développement sur l'innovation et des technologies propres. Ses objectifs de croissance doivent être compatibles avec la limitation des gaz à effet de serre", dit un conseiller de François Hollande, assurant que les deux pays sont "dans une phase d'échanges intenses".

Les discussions portent essentiellement sur les modalités des futures "clauses de révision", rendez-vous réguliers permettant de vérifier, voire de réviser à la hausse les engagements pris à Paris pour contenir la hausse des températures en-deçà de 2°C d'ici la fin du siècle.

"Les Chinois ont montré depuis longtemps une volonté de succès à Paris. Nous serions extrêmement déçus si la question des clauses de révision n'était pas tranchée positivement", déclarait Laurent Fabius à des journalistes mardi dernier.

Le ministre des Affaires étrangères sera du voyage présidentiel, tout comme ses collègues des Finances, Michel Sapin, et de l'Ecologie, Ségolène Royal.

L'"amical dialogue" sur la COP21 entre François Hollande et son homologue Xi Jinping, selon une formule de l'Elysée, devrait déboucher sur une déclaration commune mardi à Pékin.

Soucieux de se concentrer sur les questions climatiques, Paris a laissé le soin à la chancelière allemande Angela Merkel de superviser jeudi à Pékin la vente à la Chine de 130 avions Airbus pour quelque 15,5 milliards d'euros. "C'était coordonné", dit-on à l'Elysée.

ANNÉE DE LA FRANCE EN CORÉE

L'aspect économique n'est pas oublié pour autant à Pékin, où François Hollande sera accompagné par une délégation riche en hommes d'affaires. Philippe Varin, président du conseil d'administration d'Areva, et Jean-Bernard Lévy, patron d'EDF, sont annoncés.

La France espère faire profiter ses entreprises des engagements chinois en matière de "croissance verte".

François Hollande en aura une illustration lundi à Chongqing, mégalopole de 34 millions d'habitants où il visitera une compagnie sino-française de traitement des eaux, Tangiiaoto.

François Hollande était allé en Chine une première fois en 2013. Aucun président français ne s'est en revanche rendu en Corée du Sud depuis Jacques Chirac, en 2000.

Mercredi à Séoul, François Hollande s'efforcera de relancer le partenariat avec l'une des plus grandes économies numériques du monde, où la France réalise son quatrième excédent commercial global. "Nous souhaitons que ces bons résultats se confirment et se traduisent en terme d'investissement", dit-on à Paris.

La COP21, mais aussi la situation en Corée du Nord, seront au menu des discussions entre le président et son homologue, Park Geun-hye. François Hollande présidera des forums économiques et universitaires et lancera aux côtés de la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, d'origine coréenne, l'année de France en Corée du Sud.

(Avec Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 le dimanche 1 nov 2015 à 14:47

    Et on ne parle guère de la calotte polaire Nord qui depuis deux ans réaugmente de surface, ce qui remet à perpète le passage de navires de commerce par l'Océan Arctique.

  • delapor4 le dimanche 1 nov 2015 à 14:44

    Pour terminer, les mesures satellitaires révèlent qu’aucune hausse de la température n’est mesurable depuis… 18 ans ! (source : http://reinformation.tv)

  • delapor4 le dimanche 1 nov 2015 à 14:34

    C’est la raison pour laquelle l’une des principales agences américaines de recherche océanique, la NOAA, vient de refuser de publier les communications entre chercheurs sur la question d’une éventuelle "pause" du réchauffement climatique. La NOAA affirme que la "pause" était une erreur de calcul, mais personne n’a le droit d’accéder à ce qu’en disent les chercheurs entre eux…

  • delapor4 le dimanche 1 nov 2015 à 14:34

    Les faits sont de plus en plus difficiles à cacher à mesure que de nombreux scientifiques se mettent à parler sur le sujet. Aux Etats-Unis, comme en France, on opte donc pour la censure, seul moyen de taire des données gênantes.

  • delapor4 le dimanche 1 nov 2015 à 14:34

    La Société de Calcul Mathématique est une institution parfaitement reconnue pour le sérieux de son travail. Elle réalise des modèles mathématiques pour des entreprises et des gouvernements (parmi lesquels le gouvernement français), et fournit également des "outils mathématiques pour détecter la fraude".

  • delapor4 le dimanche 1 nov 2015 à 14:33

    Le rapport montre simplement que le climat varie naturellement et que l’homme n’a absolument aucun pouvoir sur lui. Il ajoute que le réchauffement n’a rien d’inquiétant : "comme elle l’a toujours fait dans son histoire, la Terre s’en accommodera".

  • delapor4 le dimanche 1 nov 2015 à 14:32

    Pour la Société de Calcul Mathématique, le combat est purement idéologique. Il est invalidé par "les faits, les données, les observations, les raisonnements, bref, scientifiquement".

  • delapor4 le dimanche 1 nov 2015 à 14:32

    Après Philippe Verdier, la Société de Calcul Mathématique s'oppose à la théorie du réchauffement climatique. Son rapport s’intitule "Le Réchauffement climatique : une croisade absurde, coûteuse et inutile".

  • M940878 le dimanche 1 nov 2015 à 13:09

    comme si ce pingouin ,qui ne représente que lui-même , avait une quelconque influence