Le CIO voulait suspendre un athlète décédé

le
0
Le CIO voulait suspendre un athlète décédé
Le CIO voulait suspendre un athlète décédé

Dans une information révélée par Le Monde, on apprend que le CIO a voulu suspendre un athlète décédé.

L'histoire est à peine croyable et pourtant bien réelle. Besik Kudukhov, lutteur russe, décroche une médaille d'argent aux JO de Londres en 2012. Dans la foulée, son échantillon est analysée et déclarée négatif. Le CIO, dans sa politique de tolérance zéro en matière de dopage, décide comme pour de nombreux autres sportifs d'effectuer de nouveaux tests trois ans plus tard. Cette fois-ci, le lutteur russe est déclaré positif au turinabol, un stéroïde anabolisant. Le CIO décide alors d'avertir l'athlète, par l'intermédiaire de son comité national olympique, qu'il fait l'objet de poursuites. Problème, le CIO n'avait pas fait attention que Kudukhov est mort depuis fin 2013 dans un accident de voiture. Dans un dossier rendu public, le CIO explique que : « Le fait que l’athlète était mort en décembre 2013 n’était pas connu lorsque la décision d’inclure ses échantillons dans les “retests” a été priseLes procédures disciplinaires à l’encontre du Russe Besik Kudukhov, 32 ans (sic), concourant chez les moins de 60 kg où il a remporté la médaille d’argent aux Jeux de Londres, ont été classées. Etant donné la situation particulière, le processus […] ne pouvait être poursuivi ».  
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant