Le CIO n'impose pas de suspension à la Russie pour les JO de Rio

le
0
LE CIO CHOISIT DE NE PAS BANNIR LA RUSSIE
LE CIO CHOISIT DE NE PAS BANNIR LA RUSSIE

(Reuters) - Le Comité international olympique (CIO) a décidé dimanche de ne pas suspendre la délégation russe des Jeux olympiques de Rio, qui s'ouvrent le 5 août, et de laisser aux fédérations sportives internationales le soin de trancher si les athlètes russes peuvent y participer.

L'annonce du CIO fait suite à l'appel de l'Agence mondiale antidopage (AMA) à exclure la Russie des Jeux de Rio, après la publication d'un rapport indépendant, le rapport McLaren, qui a conclu à un dopage répandu des athlètes russes notamment aux Jeux d'hiver de Sotchi en 2014.

La commission exécutive du CIO s'est réunie dimanche par téléconférence et a décidé que la question de la participation des Russes incombait aux différentes fédérations internationales.

La participation de tout athlète russe sera en outre soumise à de rigoureux tests antidopage, indique le CIO.

Le Comité olympique russe ne pourra pas envoyer d'athlètes qui ont déjà été sanctionnés pour dopage, même si la période de leur peine a expiré, a ajouté le CIO.

Le CIO avait d'ores et déjà fait savoir que des procédures disciplinaires seraient engagées à l'encontre des responsables russes mentionnés dans le rapport McLaren, qui a été dévoilé lundi.

Le rapport élaboré par le juriste canadien Richard McLaren faisait état de cas de dopage répandus de sportifs russes et de dissimulations lors d'une série de Jeux olympiques d'été et d'hiver et en particulier lors des jeux d'hiver de Sotchi, organisés par la Russie.

La Russie est une habituée des podiums. En 2012, elle avait ainsi décroché le troisième meilleur total de médailles toutes disciplines confondues.

(Karolos Grohmann; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant