Le cimetière musulman de Strasbourg, un cas unique

le
2
Le 6 février, le premier cimetière public musulman de France sera inauguré à Strasbourg. Si dans le droit français, les cimetières confessionnels sont interdits, l'Alsace et la Moselle échappent à ces interdictions grâce au droit local. Explications.
o La règle générale : pas de cimetières confessionnels en France

La loi du 28 juillet 1881 abolit le caractère confessionnel des cimetières. Ce texte de loi s'inscrit dans la volonté générale de la IIIe République de laïciser progressivement la société française. Sept ans plus tard, les maires des communes obtiennent le monopole de la gestion des cimetières, une règle toujours en vigueur aujourd'hui. Aucune association ne peut donc construire ou gérer son propre cimetière.

La loi de séparation entre l'Eglise et l'État de 1905 réaffirme dans son article 28 qu'il est «interdit, à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions». En clair, seules les tombes et les monuments funéraires ont le droit d'afficher la r

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le vendredi 6 jan 2012 à 00:16

    Chaque minute qui passe ,donne toujours plus raison aux muslumans ....C'est ainsi que l'ETAT Français ,nous fera disparaitre ...

  • pasfacil le jeudi 5 jan 2012 à 17:26

    bientôt ça ne s'appelera plus strasbourg mais al strasbourg